DONKA : les bébés siamois n’ont pas survécu

Il y a quelques semaines, la presse se faisait l’écho de bébés siamois admis à l’hôpital national Donka. Les deux parents de Kindia étant pauvre, on espérait alors que le sort désespéré des deux bébés susciterait le même élan de compassion et de solidarité qu’un cas similaire que l’on a enregistré il y a un au sein du même centre hospitalier et qui avait débouché sur une évacuation en France. Malheureusement, les bébés du couple Sylla n’ont pas eu la même chance.
En effet, nous apprenons que les deux bébés sont décédés l’un le samedi 12 novembre et l’autre le lundi 14. Un double drame qui traduit le peu d’efficacité des institutions sociales en charge de ce type de cas plutôt délicat. De manière tacite, il est admis qu’une situation comme celle de ces enfants est systématiquement transférée à la première dame. Aucune autre institution ou structure pour s’en occuper. Et quand Djénè Kaba Condé n’est pas là, comme ce fut le cas cette fois, les malheureux nécessiteux trépassent.
Se confiant à la presse, le père éploré a indiquée qu’informé de la situation de ses enfants, la ministre de l’action sociale, Sanaba Kaba, s’était rendue à leur chevet. Elle aurait indiqué être venue pour authentifier l’information qu’on lui a transmise et pour traduire la compassion et la solidarité des autorités au couple. Elle lui aurait assuré qu’au retour de la première dame, les bébés seraient évacués comme cela avait été préconisé par les médecins. Mais le séjour de la première dame s’étant prolongée et personne ne pouvant manifestement gérer une situation aussi urgente à son absence, les bébés ont fini par rendre l’âme. Parce que sous pression, les médecins, bien que conscients des risques qu’ils faisaient courir aux bébés, ont pratiqué l’intervention sur place.
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.