Doussou Condé, Alpha avait démarché pour un poste selon Dioumessi !

Elle alimente la chronique avec ses nombreuses révélations, mais Doussou Condé s’en fout. Elle dit tout. Sans aucune crainte. Parfois avec des références.

Seulement, voilà ! Au cours d’une de ses sorties médiatiques la semaine dernière, elle a évoqué le cas d’Alpha Condé dont « Il faut reconnaître sa constance. Il a cru en lui-même, c’est vrai on lui reproche de tout aujourd’hui. Mais hier il a tout refusé de l’État, tout, même être Premier ministre, il a dit niet, il voulait être président et Dieu lui a donné, il est là-bas. » Cette information largement partagée au RPG est manifestement une manipulation.

En effet,  un militant de la première heure du RPG, aujourd’hui disparu des écrans radars a fait des révélations somme toute inédites sur Alpha Condé. Invité d’une radio locale M. Dioumessi l’autre artisan du RPG, contrairement à ce qui se dit ici et là en se bombant le torse, Alpha Condé a bel et bien démarché pour se trouver un poste ministériel sous Lansana Conté. Ces démarches en catimini remontent en 1994. Le facilitateur était le ministre Réné Gomez (PSL).

Selon M. Dioumessi, le président Lansana Conté, très stratège s’est opposé à la démarche avec un peu de nuance. Le général voulait d’un cadre de l’opposition mais non un président de parti politique, c’est-à-dire ni Ba Mamadou, ni Siradiou Diallo encore moins Alpha Condé. Juste un cadre issu du RPG, de l’UNR, du PRP, etc. Sinon, estimait le général Conté, cela allait paralyser le fonctionnement de sa gouvernance. Ce fut donc un rêve brisé pour Alpha Condé.

Depuis, il s’est braqué faisant croire aux et aux autres qu’il n’est pas intéressé aux sollicitudes du président-paysan. C’est ainsi que les médias occidentaux ont amplifié le bruit de l’opposant historique : il a refusé les offres faites par Lansana Conté. C’est absolument faux, réplique M. Dioumessi qui se dit être l’un des accompagnateurs dans les subtiles négociations. L’autre contre-vérité du RPG reste les manifs politiques.

Aujourd’hui, les RPGistes disent qu’ils n’ont jamais manifesté si le pouvoir d’alors s’opposait. Faux, réplique Doussou Condé. « Nous quand on nous étouffait, on sortait. Bien que ce fût un régime militaire, on pouvait sortir. Même si on nous empêchait la marche, on n’avait l’audace de marcher de l’aéroport derrière M. Alpha Condé jusqu’à Mafanco à son domicile, malgré qu’on fût exposé aux cailloux, à tout ce que vous voulez ».

En rétablissant ainsi les faits, ces deux militants de première heure du RPG mettent à nu toutes les manipulations orchestrées par Alpha Condé et une poignée de proches. Les autres, soûlés par un prétendu refus, s’arcboutent derrière leur leader historique.

Drôle de leader !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.