Doute sur les résultats de la présidentielle : Alpha Condé répond à ses détracteurs

Suite aux réactions de l’Union Européenne, la France et les Etats-Unis qui ont émis des doutes sur la crédibilité des résultats des élections présidentielles du 18 octobre, lui donnant vainqueur, face aux 11 concurrents, selon les résultats de la CENI,  Alpha Condé répond à ses détracteurs.

Alors que son principal concurrent, Cellou Dalein Diallo, s’était déjà autoproclamé vainqueur avant la CENI, le président guinéen qui brigue un 3ème mandat à 82 ans, malgré les contestations populaires, s’en prend ouvertement à la France, à l’Union Européenne et les Etats-Unis.

« Notre esprit d’indépendance et de souveraineté ne plaît pas beaucoup à l’extérieur. Nous tenons à notre souveraineté, nous tenons à notre indépendance. Nous n’acceptons pas de recevoir des ordres des autres pays. Jamais, nous ne demanderons l’avis d’un pays pour ce que nous devons faire ! Le seul avis qui compte pour moi, c’est l’avis du peuple de Guinée. Ce doit être très clair. », a insisté le président guinéen qui était en visite vendredi dans deux camps à Conakry abritant la police et la gendarmerie.

Plus loin, Alpha Condé s’est réjoui d’avoir financé les élections sans le concours de l’extérieur :

« Nous allons faire les élections, sans qu’un franc ne vienne de l’extérieur, parce que nous voulons plus du tout que les gens se mêlent de nos affaires. Donc, ne soyez pas surpris du comportement de certains États. Mais cela n’a pas d’importance, nous savons très bien que la Guinée est victime de sa volonté de défendre sa souveraineté. », a-t-il dit. Avant s’en prendre ouvertement à la France, l’ancienne métropole : 

« Et cela n’a pas commencé par moi, puisque la Guinée a été le seul pays à voter pour le ‘’non’’ en 58, ce qui ne plaît pas à tout le monde. Mais vous pouvez être certains que la Guinée ira de plus en plus en avant. »

S’adressant aux forces de sécurité guinéennes (police et gendarmerie), auxquelles on accuse des tueries et des exactions lors des manifestations politiques, Alpha Condé les félicite avant de les encourager :

« Quand vous sortez pour les manifestations, vous ne devez jamais avoir d’armes. Vos armes doivent être non-létales, c’est-à-dire, les grenades lacrymogènes. J’ai beaucoup insisté sur cela. Nous sommes un pays démocratique. Les manifestations sont autorisées. En aucun cas, vous ne devez être armés.

Donc je vous encourage et vous félicite dans votre travail. Le gouvernement est derrière vous. Mais seulement, nous vous demandons de faire toujours une action civilisée à l’égard des manifestants », a-t-il lancé.

Une synthèse d’Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.