DRAME DE WOMEY : La Contre-attaque d’Avocats sans frontières

Les membres de l’ONG ‘’Avocats sans frontières’’ n’entendent pas se laisser impressionner par le communiqué publié ce mardi par le ministre de la justice. Soutenus par plusieurs autres ONG, ils promettent de retourner dans la localité de Womey autant de fois qu’ils le voudront ou que cela sera nécessaire.

 

Profitant d’une conférence de presse qu’ils  animaient hier à la maison de la presse de Coléah, les organismes de défense des droits humains contestent notamment certains arguments brandis par Me Cheick Sacko pour justifier le sort réservé le 4 octobre dernier à la délégation d’Avocat sans frontières. Ainsi, s’il reconnait qu’il est dans les prérogatives du juge d’instruction de limiter l’accès à un lieu de crime, Me Kpana Emmanuel Bamba pense néanmoins que cela n’affecte pas nécessairement les ONG de défense des droits humains. Un des fondements de cette prérogative serait notamment d’éviter que la piste ne soit brouillée. Ce que n’étaient vraisemblablement pas les membres de la délégation d’Avocat sans frontières.

 

Par ailleurs, les organismes de défense des droits humains pensent qu’une enquête judiciaire n’exclue pas une enquête des militants des droits humains. En conséquence, ils sollicitent plutôt des autorités qu’elles s’impliquent pour que les militaires basés actuellement à Womey puissent lever le camp. Plus globalement, ils exigent la protection pour tous les militants de défense des droits humains. Parce qu’autrement, Me Foromou Frédéric Loua prévient : « Nous allons repartir à Womey ! »

Anna Diakité, Kabanews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.