Drôles de chantiers pour le gouvernement : naviguer à vue !

Il n y a toujours pas de politique générale du gouvernement au Parlement. Cent jours après la mise en place de l’équipe Youla, on attend toujours. Les députés aussi. Pourtant le contexte actuel exige à ce que le gouvernement étale les chantiers sur lesquels il doit bâtir des actions. En lieu et place, on râle, on rumine et on accuse Ebola.

« Nous avons vécu deux années extrêmement difficiles avec l’épidémie d’Ebola. L’une de nos priorités est de sortir de ce marasme ambiant. Au-delà des pertes en vies humaines et de l’impact social, les conséquences sur l’économie ont été très lourdes. Dans l’immédiat, nous avons donc mis en place un plan de relance post-Ebola, dans lequel nous avons défini un certain nombre de priorités », s’efforce à justifier Mamady Youla, dans les colonnes de JA. On le sait, en Guinée, l’eau, l’électricité, les transports, les infrastructures sanitaires, etc. tout est à (re)construire. L’autosuffisance alimentaire dont on parle depuis plus de cinq ans tarde à produire ses premiers effets.

Seule alternative aujourd’hui, c’est le fameux plan de relance 2015-2017 aux principales instances internationales de soutien au développement, mais il n’est financé qu’en partie. A ce titre, le gouvernement a lancé un appel à la communauté internationale pour le soutenir. Il serait tout de même difficile de trouver un répondant tant et si bien la gouvernance qui avait commencé à connaitre un semblant d’embelli s’est vite effritée. Par le fait de la mauvaise gouvernance.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.