Du FNDC à la présidentielle : une lutte pour la survie !

Certains s’en sont allés, d’autres préfèrent jouer la carte de la constance et de la conviction. Du FNDC à la présidentielle contre Alpha Condé, en dépit de tous les handicaps qui jonchent le processus électoral, Dalein et certains de ses pairs du FNDC ne veulent pas priver les autres militants de leur droit civique. Il opte pour la survie.

Le FNDC vivra avec ou sans les partants, pourrait-on dire. Surtout que, selon Sydia Touré, «l’avenir du combat, c’est le même combat. Nous continuons de nous opposer quoi qu’on n’arrête pas, même après ces élections truquées dans lesquelles on va donner des résultats comme ce qu’on a vu le 22 mars. Il y a trop de raisons pour que nous continuions à nous opposer à cela. Le fait qu’ils participent ne veut pas dire qu’ils ne combattront pas. Ça n’a rien à avoir».

D’ailleurs, Dalein lui-même, à son investiture le dimanche a tranché : « Nous estimons qu’il est utile de continuer de se battre contre le 3e mandat, aussi bien dans les rues et sur les places publiques, comme nous le faisons, mais également dans les urnes. Si cette prise de position est jugée incohérente ou incompatible avec le statut de membre du FNDC, l’Ufdg quittera avec regret notre coalition. Ceci dit, notre parti sera toujours disposé à participer aux manifestations pacifiques contre le 3e mandat quelque soit l’organisateur sauf opposition de ce dernier. »

La lutte pour la survie s’impose donc à tous les acteurs et leaders du FNDC. Car, tous visent à neutraliser Alpha Condé et sa gouvernance chaotique. Les yeux sont aujourd’hui rivés sur le lendemain du 18 octobre et bien après, au soir même de la proclamation des résultats. Des surprises ne sont pas à écarter. Tant du côté du pouvoir qu’au niveau de l’opposition, la vraie. Quelle que soit l’issue, s’assumer serait l’unique option qui vaille.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.