EBOLA : Alpha Condé sollicite l’implication de la presse

Comme c’était annoncé, le président Alpha Condé a reçu ce mardi les responsables des associations de presse en guinéens. Il ne s’agissait pas d’une conférence de presse à proprement parler. A la suite de la même démarche que le chef de l’Etat a notamment entrepris à l’égard notamment des opérateurs, il était question pour le président Alpha Condé de solliciter de la presse nationale qu’elle s’implique dans la lutte contre l’épidémie à virus qui, loin de s’éteindre, demeure une menace dangereuse. Le président Alpha Condé a invité les responsables des médias guinéens à s’impliquer dans la bataille en ouvrant leurs antennes et colonnes aux messages de sensibilisation.

Face aux responsables des médias qui ont effectués le déplacement, le président Alpha Condé qui avait à ses côtés, l’ancien ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, n’est pas passé par quatre chemins. Allant droit au but, il a déclaré : « Comme vous le savez, j’ai déjà rencontré les opérateurs économiques, les membres de la société civile, les syndicats et d’autres structures. Aujourd’hui, je rencontre les hommes de médias que vous êtes pour que chacun comprenne que la maladie Ebola est grave et qu’il faudrait que chacun joue sa partition pour qu’elle soit vite éradiquée. Nous devons renforcer les mesures déjà prises. Tout le monde doit s’engager dans cette bataille de lutte ». Admettant que les médias sont des tribunes par excellence pour la sensibilisation comme dans le cas d’Ebola, le président Alpha Condé a poursuivi : « Acceptez que les acteurs de la société viennent faire des communications de sensibilisation dans vos colonnes et antennes. Il faut que vous sensibilisiez même dans nos langues nationales. Parce que les réticences qu’on a connues sont venues du pays profond ».

Pour le président Alpha Condé, la lutte contre l’épidémie à virus est d’autant plus fondamentale qu’elle est venue interrompre une dynamique qui se mettait en place. En effet, selon le chef de l’Etat, c’est au moment où le pays était sur le point de récolter les dividendes économiques des réformes et des accords et conventions déjà conclus dans différents secteurs de l’économie nationale que l’épidémie a frappé à la porte. Avant l’épidémie, a également indiqué le président Alpha Condé, « Les hôtels étaient de tout temps remplis, mais aujourd’hui ils sont presque vides ». Une situation qui, selon le chef de l’Etat, au-delà la maladie proprement dite, serait consécutive à l’isolement auquel certains pays voisins ont contraint la Guinée. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le numéro un guinéen n’a pas manqué, comme il le fait depuis quelques jours, de réitérer sa reconnaissance du Mali et du Maroc qui continuent de maintenir les contacts avec Conakry.

Anna Diakité, Kabanews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.