Échec troublant au bac 2017: qu’a-t-on fait des mois de grève ?

On n’en parle très peu sinon pas du tout. Et pourtant, la grève des syndicats de l’Education avait pris des mois entiers aux élèves à cause du mépris de la gouvernance approximative d’Alpha Condé et de ses trois ministres d’alors (Damantang du Travail et les frères Kourouma de la Fonction publique et du Pré-universitaire).

Ces mois enlevés en plus des fériés qui empoisonnent le calendrier en Guinée ont dû avoir des incidences sérieuses sur le cours normal des choses. Les plus malins ont dû certes anticiper sur des cours de révisions. Les plus aventureux ont attendu le mouvement d’ensemble qui du reste s’est révélé somme toute périlleux. A l’époque, comme à son habitude, le RPG a invité les enseignants de ne pas « tomber dans les pièges de certains politiciens, qui cherchent à récupérer cette revendication pour en tirer bénéfices. Vous le savez très bien, ce qu’ils n’ont pas gagné dans les urnes, ils veulent l’avoir dans la rue. » Auparavant, le PEDN de Kouyaté, le BL de FayaMilimono, etc. ainsi que d’autres corporations d’ongexigeaient la réouverture des classes.

Les classes ont été ouvertes dans des conditions que l’on sait, avec un fort soupçon de corruption malgré la menace de la Fatiha que les syndicalistes ont eu à brandir contre les traîtres. En tout cas l’implication du Parlement, à travers Damaro, Camara avait fait jaser plus d’un. « Je pense que c’est une question de corruption qui a réglé cette situation qu’une question de persuasion», se lâche un député UFDG.

De toute évidence, « L’enseignement est saboté. On s’en fout de ce que deviennent les enfants guinéens. On fait très peu de mois de cours en Guinée. Après on dit aux gens d’aller faire l’examen. 27%, c’est le vrai niveau des élèves guinéens. Mais de toutes les façons, on en fait quoi? Les enfants sont jetés à la poubelle», se déchaîne pour sa part Saifou Sylla.

 

Pauvres de nous !

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.