« Ecoles et Langues Nationales » en Afrique : la Guinée est-elle à la traine?

Le ministre Ibrahima Kalil Konaté du Pré-universitaire et de l’Alphabétisation a fait la semaine dernière, une communication relative l’adhésion de la République de Guinée à l’initiative « Ecoles et Langues Nationales » en Afrique (ELAN-AFRIQUE). C’était au cours d’un conseil des ministres, tenu à Conakry.

L’objectif était selon lui, de solliciter le soutien du gouvernement pour l’envoi d’une mission exploratoire et de cadrage de l’OIF d’un agent du programme ELAN-Afrique et un expert en bilinguisme dans la semaine du 12 juin 2017 afin d’accompagner la Guinée dans la finalisation de son plan d’action national et présenter l’avantage de l’ELAN-Afrique aux autorités guinéennes.

En effet, la République de Guinée a adhéré à l’initiative Ecoles et Langues Nationales, le 21 avril 2015 après une longue démarche auprès de l’Organisation Internationale de la Francophonie depuis 2012. A ce titre, de documents institutionnels, juridiques et pédagogiques pour l’introduction des langues nationales avaient été élaborés. Et K au carré de rappeler que l’une des clefs du succès de la scolarisation primaire universelle en Afrique Francophone est le bilinguisme (français et langues nationales). Selon lui, citant des experts l’enseignement exclusif du français dans les zones rurales favorise l’échec scolaire de nombreux élèves. C’est pourquoi, l’initiative ELAN-Afrique vient corriger cette problématique.

Déjà, un Comité de pilotage, un Comité Technique et un point focal sont créés. Comme quoi, la Guinée ne serait pas à la traîne, car, le Conseil des ministres a demandé au ministre K au carré« de prendre en compte toutes les préoccupations soulevées notamment les aspects juridiques liés à la Loi fondamentale et de trouver des réponses appropriées lors de ses entretiens avec la mission de l’OIF puis de faire un nouvel exposé sur le sujet à l’issue de cette rencontre, avant toute mise en œuvre de l’initiative. Par ailleurs le Ministre est invité à tirer tous les enseignements des expériences des autres pays africains. »

 

C’est donc tant mieux !

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.