Dabola: Période de mangues, une aubaine pour des pauvres familles

La période de mangues à Dabola, constitue pour des pauvres familles et autres, une véritable ouf de soulagement. La mangue permet même aux enfants de calmer leur famine en ce moment de galère qui sévit dans les ménages.

La plupart des enfants qui attendaient au petit matin, le prix du déjeuner, se rendent facilement à l’école sans déranger ‘’Papa et Maman’’ qui tirent le diable par la queue.

L’arrivée matinale des vendeuses de mangues cuites devant les établissements scolaires, permet également, de aux pauvres enfants de grignoter quelque chose avant la montée des couleurs ou le début des cours prévu à 8 heures TU. Parmi ces élèves nécessiteux, ceux issus de la classe moyenne. Leur souci, c’est comment récupérer le restant du manger de leurs camarades, en parfaite harmonie avec des vendeuses très sensibles à leurs souffrances.

Ce qui veut dire que la pauvreté est lisible au visage de plusieurs enfants qui passent toute la journée à déambuler à travers la ville ou auprès des vendeuses de mangues, une denrée nécessaire en cette période de soudure.

Pire ! Il arrive souvent que des enfants fassent en groupe, une promenade à la recherche des mangues pourries à moitié (Bôrôkhô). Cette balade se fait aux environs de 19 ou 20 heures après le marché hebdomadaire qui se tient chaque mardi au centre ville.

Tenez. Ils sont aussi nombreux des enseignants et enseignantes à se nourrir là. La différence. C’est que leurs parts sont emmenées en classe.

‘’Si la misère sévit en pleine saison sèche, quelle sera donc, la saison hivernale’’ ?, s’interrogent les analystes. Que faire ?

Mamadouba Camara, www.kababachir.com Dabola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.