Education: A Boké, on n’a pas besoin de lever le mot d’ordre de grève parce que les élèves sont en classe ( MENA)

Dans le souci de lever le mot d’ordre de grève déclenchée par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) et d’inviter les grévistes à revenir à de meilleurs sentiments, le  ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA), Mory Sangaré a conféré dans la matinée du mardi, 4 février 2020 avec les autorités locales les responsables de l’’Administration scolaire (IRE et DPE) de la Région administrative (RA) de Boké.

Situant l’évènement dans son contexte, le gouverneur de région, général de Brigade, Siba Sévérin Loholamou a précisé : «votre présence nous rassure car vos instructions nous permettront de parachever ce que nous sommes en train de faire sur le terrain. Monsieur le ministre, autorités et population de Boké sont à votre entière disposition pour l’application des décisions du président de la République, Pr Alpha Condé pour que l’éducation de nos enfants soit conduite à bon port.»

De son côté, l’inspecteur régional de l’éducation (IRE) de Boké, Moriba Sidibé  a plaidé pour le déblocage et le payement des salaires des enseignants en situation difficile (salaires gelés).

En réponse, le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA) a indiqué : «A Boké, on n’a pas besoin de lever le mot d’ordre de grève parce que les élèves sont déjà en classe. C’est pourquoi, j’invite les grévistes à revenir à de meilleurs sentiments. La seule aide, c’est de dire à nos collègues de revenir en classe. Moi, je ne vous quitterai pas sans vous dire que le président Alpha Condé est un enseignant. Allez relater ça partout où vous irez. C’est à cause de vos leadership, vos compétences et capacités managériales que vous êtes dans cette salle. Je félicite les ouvriers de l’Education (Enseignants en situation de classe). Rien ne doit nous séparer. L’objectif du gouvernement, c’est de payer ces primes trimestriellement soit quatre (04) fois dans l’année.»

D’après lui, «Une commission interministérielle va bientôt se pencher sur les autres primes et indemnités. Nous avons 51.000 enseignants recensés et 28 enseignants en situation de classe. Merci pour les résultats dans la gestion de la grève à Boké. Vous avez préféré de la réussite de vos enfants, de la préfecture.»

Précisant que la date des examens nationaux ne sera pas repoussée, le MENA a invité les enseignants d’éviter de faire passer en classe supérieure, des élèves qui, soutient-il, ne méritent pas.

Selon lui, «L’affaire des huit millions (8.000.000 GNF) demandé par le SLECG ressemble à une flamme d’eau sur le goudron. Notre victoire, c’est une bonne année scolaire.»

   Mamadouba Camara, correspondant Kababachir.com à Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.