Élections législatives: La date du 28 décembre n’est pas tenable (OIF)


Contrairement à ce qui avait été annoncé par le Président de la CENI, la date du 28 décembre 2019, initialement annoncée pour le scrutin législatif, n’est pas tenable.

C’est du moins l’annonce faire par Thieman Koulibaly, envoyé spécial de l’OIF, au cours d’une conférence de presse qu’il a conjointement animée avec le Président de la CENI, Salif Kébé, qui promet de travailler pour un nouveau chronogramme électoral.

Selon M. Koulibaly, il y a un retard technique qui empêcherait le respect de la date du 28 décembre 2019, une date à laquelle l’opposition avait d’avance rejetée.

Toutefois, il convient de préciser que  l’annonce du report de cette date, intervient après que le Président Alpha Condé s’est abstenu de signer le décret convoquant le corps électoral en fin de semaine.

Selon les dispositions du code électoral, ce décret convoquant le corps électoral doit être signé à 70 jours de la date du scrutin. Mais face à la pression de la rue, due à la manifestation du FNDC, Alpha Condé a finalement hésité. Et la question de la date du scrutin législatif revient de nouveau sur la table, pendant que pouvoir et opposition sont à couteaux tirés, à propos d’un projet de nouvelle Constitution qui divise les guinéens.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.