Empoignades entre l’UFR et l’UFDG : une histoire de jalousie ?

Le siège national de l’UFDG subit actuellement des coups de pinceaux. Les assemblées générales ordinaires sont désormais tournantes. Ainsi en ont décidé les militants et les autres fédérations du parti. Ce samedi, c’était le tour de Matam d’accueillir la foule. L’UFDG a pris soins de demander autorisation à la Mairie. Et mieux, à en informer le président de l’UFR Sydia Touré.

En principe, plus rien ne devrait justifier les heurts avec blessés graves entre militants UFR et ceux de l’UFDG. Même si, du côté du parti de Sydia, certains estiment que c’est une invasion de la marée vert-blanc dans leur fief. Des frictions se sont distillées avant de se solder par des heurts.

Selon des témoins, « C’est donc en plein assemblée que les militants et responsables ont essuyé des jets de pierres. On y a dénombré des blessés. Les services de sécurité ont demandé au président d’arrêter l’assemblée. Mais considérant la mobilisation et par respect pour les citoyens de Matam pour leur accueil, et en présence des journalistes, Cellou Dalein a tenu à passer son message. » Ce qui devrait arriver, arriva.

Cette escalade de la violence corse encore davantage les rapports déjà rendus difficiles entre les deux anciens Premiers ministres. Des Premiers ministres que tout divise. L’un estime que le statut qu’incarne son homologue ne représente rien et ne reflète nullement la vision de toute l’opposition. Le second, voit en son ex-allié, une pirouette pour se rapprocher du Chef de l’Etat. Et donc jeter en pâture les ex-alliés. Cette rancœur couve encore… Les heurts y trouvent leur naissance.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.