« En Algérie, la Chine n’investit pas beaucoup, mais elle compte énormément »

Pékin ne s’inquiète pas outre mesure d’un éventuel nouveau pouvoir à Alger. Même si l’empire du Milieu n’aime pas les changements de régime, précise notre chroniqueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.