Engagement des contractuels : qui perd, gagne!

Quelque 5000 jeunes attendaient d’être pris en charge par l’Etat. Le ministre Sékou Kouroumade la Fonction publique sur qui pèse d’ailleurs beaucoup de soupçons de magouilles visant à intégrer des proches avait expliqué que parmi ces diplômés, il n y a que 858 agents seulement qui ne disposent pas de documents authentiques. Ils détiennent de faux arrêtés.

Voilà que le gouvernement met tout le monde à la même enseigne suite à la signature lundi, du protocole issu des négociations syndicales des enseignants. Cela pourrait profiter à certains. En effet, il a été décidé l’engagement à la Fonction publique de tous les contractuels d’Etat de l’Education déjà immatriculés et des homologues de l’Université. Tout en reconnaissant que le recrutement à la Fonction publique se fait par voie de concours conformément  à la loi, statut général des fonctionnaires, le gouvernement s’engage à recruter hors concours tous les enseignants contractuels immatriculés en situation de classes, non-admis au concours de recrutement des enseignants session 2016, ayant au moins, 5 ans d’ancienneté dans l’enseignement actif. En revanche, précise le protocole en dessous de 5 ans d’ancienneté de service, les parties s’accordent que les contractuels concernés soient au préalable formés, évalués dans les institutions de formation d’enseignement (ENI/ISSEG), tout en conservant leur salaire de contractuels comme des pécules pour une année scolaire.

C’est donc un autre précédent dangereux qui vient d’être ainsi créé. En Guinée, on ne tranche jamais. Ce groupe-là va sortir des écoles puis exigera la valorisation de ses pécules. Sékou Kourouma profitera pour encore mettre son empreinte lugubre. Qui perd, gagne !

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.