Enrôlement à la Fonction publique : détenteurs de faux arrêtés, soyez prêts !

Ce doit être une aubaine pour ces détenteurs de faux arrêtés signés de la Fonction publique. Des centaines de jeunes ayant payé de l’argent à des cadres véreux ne savent plus à quel département se vouer. Ils ont fait de nombreuses manifestations devant la rentrée principale de la Fonction publique, sans jamais avoir un gain de cause. Le dernier recrutement et les faveurs accordées aux contractuels et autres vacataires est largement insuffisant.

Des villages entiers manquent toujours de maîtres. Le gouvernement n’exclue pas d’enrôler ces détenteurs de faux arrêtés, bien que certains parmi eux aient réussi à faire partie du lot de nouveaux fonctionnaires de l’Etat. « Ceci met encore plus l’accent sur cette nécessité d’adresser en urgence cette question du manque d’enseignants. Le concours budgétairement était prévu pour environ 5000 enseignants pour le pré-universitaire et 500 enseignants pour l’enseignement technique, visiblement si ça ne suffit pas, il faudra procéder à d’autres recrutements. Il y a encore une masse d’enseignants potentiels qui est recrutable sur la base de la prise en compte de tous ceux qui sont entrain de rouspéter, qui ont des arrêtés d’engagements de la fonction publique qui ne sont pas pris en compte », estime le porte-parole du gouvernement, dans une interview accordée à des confrères.

Pour Damantang Camara, c’était un autre front qui existait également au niveau de la Fonction publique. « Nous avons prévu que ceux-là seraient prioritairement orientés vers les écoles (…), donc ça devrait pouvoir combler le gap et les classes qui n’ont pas d’enseignants », dira-t-il. Il y a donc un mince espoir pour cette catégorie de jeunes diplômés à intégrer l’effectif de la Fonction publique. C’est donc tant mieux.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.