Les enseignants contractuels ne désarment pas : ‘’ Nous réclamons notre intégration dans la fonction publique sans condition’’

Malgré la position défensive du gouvernement qui continue de justifier les résultats du concours de recrutement des enseignants à la Fonction publique, la crise persiste dans le secteur de l’éducation nationale.

Dans beaucoup d’établissements  d’enseignement public, les enseignants contractuels occupent une part importante du corps professoral. Ce qui fait qu’avec le débrayage affecte sérieusement le déroulement normal des cours, au détriment des élèves.

Contacté par nos confrères de Guinee360.com, le porte-parole des enseignants contractuels revient sur les fausses promesses du gouvernement et réitère la détermination de ses collègues à poursuivre leur mouvement de contestation :

« Nous réclamons notre intégration dans la fonction publique sans condition. Ces gens-là nous ont utilisés, ils nous ont exploités comme si nous ne sommes pas des fils de la Guinée. Nous sommes prêts à investir tous nos moyens légaux pour que nous soyons rétablis dans nos droits. Nous sommes en train de travailler dans ce sens. On a des séries d’activités à mener pour nous faire entendre. Certaines autorités ont commencé à venir nous rencontrer mais nous restons prudent pour ne pas nous laisser berner encore. La plupart de ces contractuels ont fait six ans ou sept ans avec le département. Je profite de l’occasion pour demander au président de la république de nous accorder une opportunité pour nous entendre et nous donner des explications sur ce dossier », plaide Aly Badra Kanté.

Dans la préfecture de Mali, située à quelques 500 km au nord de Conakry, dans d’autres établissements publics de l’intérieur du pays, plusieurs écoles sont fermées faute d’enseignants.

Une situation embarrassante pour les élèves, qui sont déjà au milieu de l’année scolaire.

Malgré le cri de cœur des enseignants-contractuels, le gouvernement fait la sourde oreille et joue sur le temps, mais les élèves payent les frais.

Mariam Diallo, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.