Enseignement supérieur privé : l’Etat veut-il chasser des Universités ?

Selon toute vraisemblance, le gouvernement envisage de fermer toutes les Universités privées qui ne répondent pas aux critères exigés pour fonctionner et accueillir annuellement des centaines d’étudiants. Quoi de plus normal surtout quand on sait que l’Etat verse, selon Yéro Baldé, à ces Institutions d’enseignement supérieur quelque 1 300 millions GNF !

Ce qui est évident, quand on fait un tour dans les Universités privées, l’image n’est pas reluisante bien qu’elle peut être considérée comme mitigée. D’un côté, certaines sont bien équipées et sont bâties sur de grands domaines. De l’autre, ces Universités ressemblent à des anciennes prisons. La promiscuité et le manque d’accès ne jouent pas en faveur de l’épanouissement de l’enseignement supérieur. C’est à cause de tout cela que le ministre Yéro Baldé a récemment brandi la menace de tout normaliser. « Il faut des normes dans l’Enseignement supérieur. Tout ne peut pas être Universités. »

Cette sortie du ministre a fait douter bien des fondateurs d’écoles supérieures qui ne sont pas en règle. C’est pourquoi certains disent que les décisions qui interdisent la réinscription cette année des étudiants en Médecine et autres disciplines s’inscrivent dans le cadre de la mort programmée de certaines Universités.

Nous y reviendrons.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.