Et si c’était le plus difficile des mandats de Condé ?

Opposants embastillés sans jugement.  Mesures liberticides dans les zones favorables à l’opposition. Militarisation à outrance de l’Axe. Assignement de Wanindara par la police et la gendarmerie. Justice inéquitable. Biens privés détruits sans aucune autre forme de procès.  A ce cocktail vient se greffer une crise politique, sociale et économique, certes qui couve encore mais qui est bien latente.

Alpha Condé s’est octroyé un 3è mandat, avec morts d’hommes et de destructions de biens privés et publics. Il ne s’est jamais ému du sang coulé. Il ne s’est jamais engagé réellement à faire interpeller les présumés coupables dans les rangs des forces de défense et de sécurité. Cette frustration contenue pourrait bien lui exploser sur le visage. Ce mandat est celui qui pourra bien donner du grain à moudre au régime.

En tout cas, pour Bah Oury,  « Lorsqu’il y a des centaines de Guinéens qui sont morts, lorsque la cohésion nationale est sérieusement malmenée il y a la catastrophe. Il ne faut pas fermer les yeux sur cette réalité et c’est pour cela que nous disons aujourd’hui pendant qu’il est temps que le pouvoir actuel ne croit pas que parce qu’ils ont le troisième mandat ils ont obtenu tout ce qu’ils voulaient. Non! Le troisième mandat peut être un grand piège dans lequel ils risquent de tout perdre s’ils ne font pas preuve de retenue et d’empathie vis-à-vis des souffrances de la population guinéenne », a-t-il prévenu, le lundi, 4 janvier, au cours d’une sortie médiatique.

Jeanne Fofana, www.kababachir.comn

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.