Etats-Unis : il survit au coronavirus, mais une facture de plus d’un million de dollars l’attend

Après s’être battu pendant des semaines contre le virus, cet Américain a reçu une énorme facture longue de 181 pages.

Atteint du coronavirus, Michael Flor est entré le 4 mars dernier au Swedish Issaquah de Seattle. Il en est sorti 62 jours plus tard, le 5 mai, après être passé près de la mort. Mais il ne s’attendait pas à recevoir une telle facture après avoir survécu au virus. Comme l’explique le Seattle Times, cet Américain de 70 ans s’est vu réclamer exactement 1.122. 501,04 dollars, soit environ 880.000 euros. « Je me sens coupable d’avoir survécu”, avoue-t-il au journal. “Il y a un sentiment de ‘Pourquoi moi ?’ Pourquoi ai-je mérité tout cela ? Regarder le coût incroyable de tout cela ajoute certainement à la culpabilité du survivant.”

La facture, longue de 181 pages, permet de se rendre compte du combat mené par Michael Flor. Son “confinement” durant 42 jours dans une chambre spécialisée dans l’unité de soins intensifs était facture 9.736 dollars la journée, soit 408.912 dollars au total. Il a dû utiliser pendant 29 jours un respirateur artificiel à 2.835 dollars la journée, soit 82.215 dollars. Le coût des médicaments qui lui ont été donnés atteint environ un quart de la facture (soit environ 250.000 dollars). Enfin, les “soins de la dernière chance”, qu’il a reçus durant deux jours alors que son cœur, ses reins et ses poumons étaient défaillants sont facturés à 100.000 dollars.

Michael Flor ne devrait, fort heureusement, pas à avoir à régler cette facture astronomique. Le Congrès américain a adopté un plan de 100 milliards de dollars afin de payer les hôpitaux et les compagnies d’assurances et d’assumer les coûts de la pandémie, pour éviter que les malades aient à mettre la main à la poche. Bénéficiant du Medicare, la couverture santé des santés, l’ancien malade pourrait être également exempté des frais liés à celles-ci, estimés à 6.000 dollars. « C’était un million de dollars pour me sauver la vie, et bien sûr, je dirais que cet argent est bien dépensé. Mais je sais aussi que je suis peut-être le seul à le dire”, conclut Michael Flor.

Source: msn

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.