Excision en Guinée : Alpha Condé, le pied dans le plat !

Les petites filles continuent d’être excisées à Conakry et dans les villes de provinces. Les non-scolarisées affrontent l’étape à chaque mois. Celles qui sont à l’école, dès la fin des cours en mai, juin ou juillet, ont la trouille. Par la complicité des tantes et des mamans, ces tout-petits sont excisées en toute illégalité et loin des yeux indiscrets. Récemment, Alpha Condé a mis le pied dans le plat.

Pour lui, « Les imams doivent aussi contribuer à l’amélioration des conditions de vie de nos femmes. Il y a trop de mariages précoces. Il y des jeunes qui filles se marient avant l’âge de la puberté. Ça les empêche non seulement d’étudier mais aussi ça les déforme. La Guinée est très en retard dans ce domaine. » C’est ainsi qu’il a interpellé les Imams et autres mollah, mais déjà, il s’est inscrit en faux contre un responsable religieux : « Monsieur le secrétaire général quand vous dites que la religion musulmane se porte bien en Guinée, je ne suis pas sûr que vous ayez raison. Ayons le courage de nous regarder en face, reconnaitre nos torts. »

De l’avis d’Alpha Condé, c’est quand nous voyons nos tares que nous pouvons les corriger. Puis, invite a été faite à chacun : « Alors donnons-nous la main pour lutter contre ces tares qui gangrènent aujourd’hui la religion musulmane en Guinée ». Encore des discours. Au même moment, les exciseuses disent avoir déposé les couteaux, mais, dans les faits, cette pratique courante est vécue dans bien des villages et grandes villes de la Guinée. Soit à cause de l’argent, parce qu’elles ne sont pas accompagnées, soit pour lien de famille. L’un ou l’autre cas, l’excision est une réalité encore en Guinée. Les vacances arrivent, on aura plein les yeux les yeux.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.