Exécution des dépenses budgétaires de l’Etat : mode d’emploi !

Le ministre du Budget sur qui pèse un soupçon de sur-facturation vite abandonnée dans le cadre de l’acquisition d’engins roulants au compte du Département, apprend – curieusement – aux uns et aux autres comment on exécute un budget, conformément aux dispositions régissant la gouvernance budgétaire et la comptabilité publique.

Pour Mohamed Lamine Doumbouya, l’initiative de la dépense publique relève : au niveau central, des ordonnateurs principaux et de leurs délégués ; au niveau des régions, des gouverneurs et des préfets ; et à l’extérieur, des chefs de missions diplomatiques (ambassadeurs et représentants permanents).

S’agissant du paiement de la dépense, elle s’effectue au niveau central, soit par l’Agence comptable centrale du Trésor, soit par la Paierie générale ; au niveau des régions, par les Trésoriers Régionaux et les Trésoriers Préfectoraux ; et à l’extérieur, par les payeurs des ambassades.

Un mode d’emploi que le ministre enseigne à ses homologues du gouvernement. Le ministre du Budget a insisté au cours du conseil des ministres, pour que ces règles soient désormais respectées. Dorénavant, poursuit-il, les crédits destinés aux services déconcentrés et aux services extérieurs ne pourront plus être exécutés au niveau central. En particulier, les achats de carburant seront effectués au niveau déconcentré de manière électronique par la mise à disposition de cartes à puces automatiquement rechargeables en fonction des commandes et des disponibilités des gouvernorats et des préfectures concernés.

Par cette démarche, la discipline dans la gestion va revenir mais surtout soumettre à certains cadres à l’équité. Les magouilles pourront prendre un sérieux coup. C’est tant mieux !

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.