Fakenews en Guinée : de qui se moque le Procureur général ?

Il était où lorsque des communicants du RPG affichaient des menaces, déroulaient leur programmes pour incendier boutiques et magasins à Madina où aujourd’hui, des milliards GNF et devises ont volé en éclats ? Où était ce Procureur général Mamady Diawara, lorsque Bantama Sow qualifiait l’Axe et l’UFDG de terroristes ? Où était-il enfin lorsque Alhassane Condé, alors ministre, assimilait une communauté à des étrangers venus d’Ethiopie et donc devait être extradée ? Mais où était-il, lorsque des films pornographiques faisaient des heureux en Guinée ? Le Procureur général se moque de l’intelligence des Guinéens.

C’est pourquoi, après avoir été témoin coupable de la dérive et ce pendant des années, il se fait voix. Avec un communiqué lu sur les antennes de la radio nationale, la Justice guinéenne veut aller à l’encontre des agitateurs sur les réseaux sociaux, rappelant des articles 31,32, et 35 de la loi 037/2016 relative à la cyber-sécurité et la protection des données à caractère personnel en République de Guinée. « L’internet est un espace de liberté et d’expression, le parquet général, en appelle, cependant à son utilisation responsable », pouvait-on lire dans le communiqué.

Un feu de paille déjà connu. Une mesure déjà avancée. Des annonces déjà faites. Aujourd’hui, les fakenews font vivre car, ils pourraient bien être le départ d’une enquête approfondie. En attendant, Le Procureur général n’a qu’à se trouver un autre boulot : pas dépoussiérer des mesures déjà connues.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.