Fatou Gnelloy réagit et enfonce davantage l’Armée

Après la vive levée de boucliers qu’elle a provoquée, suite à la vidéo mise en ligne, FatouGneloy, sœur d’Ousmane, l’autre clown du Net, réagit. Mais, au lieu d’éclairer la lanterne de l’opinion, elle s’enfonce davantage. Elle est allée d’incohérences en incohérences. FatouGneloy Diallo s’emmêle les pinceaux. Décryptage !

« Je suis avec des militaires guinéens qui servent de garde rapprochée pour veiller sur ma personne physique », dit-elle, en tentant de se justifier. Quoi de plus normal, si elle occupait de hautes fonctions de la République ou gère un secteur extrêmement sensible ! Là où il y a vraiment de l’incohérence, c’est quand elle prétend être en insécurité, alors qu’elle défend un régime qui dit être là pour tous les Guinéens. Si on est citoyen, propagandiste du RPG et qu’on dénonce l’insécurité, c’est le comble de l’échec.

Seconde incohérence : FatouGneloy oublie qu’Alpha Condé n’a eu de cesse d’interpeler la Défense nationale, en lui demandant de rappeler tous les militaires au camp. Alpha Condé a bien indiqué que le gardiennage revient à des sociétés privées, mais pas de l’armée. Ceci étant, Fatou enfonce ses bienfaiteurs et crache littéralement sur les instructions du Président de la République. Acculée par des adversaires supposés ou réels, réprimandée réellement par le porte-parole du ministre de la défense nationale, sacrifiant une certaine hiérarchie militaire, Fatou se lâche : « Ce que certains personnes malintentionnées oublient que ces soldats sont également mes amis de promotion. » Amis de promotion ? Curieux. Cela reste à prouver. Elle les a exposés à des sanctions, en voulant se donner des aises qu’elle ne saurait trouver ailleurs. Fatou est alors perçue comme une manipulatrice de mauvais aloi. Elle en paie le prix.

Et pour se tirer d’affaire, elle fait du mélange de genres et se met au dos toute une colonne de communicants du RPG : « Je ne perdrais pas mon temps à répondre à certains communicants du RPG-ARC qui ont un pied dedans et un pied dehors. Je suis fière d’appartenir aujourd’hui à la famille du RPG, le Président Alpha Condé a confiance en moi donc le reste ça m’intéresse peu. Aujourd’hui je suis sous les menaces des extrémistes de l’UFDG qui ont juré de me faire du mal, et de me tuer donc il faut que je reste sous mes gardes. Dans ce pays, c’est l’UFDG qui tuent et cassent, après ils accusent les forces de sécurité. Donc il est tout à fait normal que je me fasse dès fois accompagner par une garde rapprochée pendant mes déplacements. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.