Faya Milimono : « Un politicien en manque de repère », selon Laye Jr Condé

On ne sait pas trop quelle dent pourrie garde encore Laye Jr Condé, de la mouvance, à l’endroit du président du Bloc libéral Faya Milimono. Il reste qu’à chacune de ses sorties, la grande gueule du RPG garde une bonne dose de railleries à leader politique, tout aussi grande gueule de l’opposition.

 Laye Jr Condé, DG de l’Office national du tourisme qui n’a pas réussi à se rendre au forum de Casablanca verse sa bile sur le président du Bloc libéral, à cause notamment de la lettre ouverte conjointement signée par d’autres opposants à l’attention d’Alpha Condé. La grande gueule du RPG qualifie donc Faya Milimono de « mythomane ». C’était au cours d’une émission radiophoniques. C’est un SMS qu’il a envoyé et a fait lire à des heures de grande écoute. Pendant ce temps, Faya dénonçait la façon dont se sont passées les démarches qui ont visé de rencontrer le président Condé. Près de dix jours après, Laye remet çà en taxant Faya de « politicien en manque de repères. Mais qui a été vite compris dans sa démarche à vouloir s’engouffrer dans la déclaration faisant état de la correction à apporter contre les criminels de Womey. » En effet, Laye avait qualifié la Forêt de barbare et de sauvage. Ce qui a irrité le leader politique. Aujourd’hui, Laye se rachète en recadrant ses propos : « C’est l’acte que je qualifie de barbare, de sauvage parce qu’il n’a rien à voir à la bonne éducation. Ce n’est donc pas à la Guinée forestière que je m’adresse. Faya est un opportuniste politique ».

 Laye Jr Condé tente de fait de se faire absoudre après la vive levée de boucliers qu’il a provoquée, suite à sa sortie ratée. En réalité, Laye Jr Condé digère mal l’option qu’a prise Faya dans la COEP. On se rappelle que ce politicien peu tendre à l’endroit d’Alpha a claqué la porte de la COEP, avant d’adresser une lettre ouverte  à l’homme de Sékhoutouréya. Crime de lèse-majesté ? Faya n’en a cure : « Même si la planche à billets semble être maîtrisée, l’inflation est toujours là, rognant encore plus le pouvoir d’achat déjà très faible des Guinéens. (…) L’indispensable reforme du secteur minier s’est faite avec un minimum de transparence, ce qui n’a pas permis d’y voir clair dans les relations entre l’Etat guinéen et les groupes miniers. »

 Le président du BL a déploré le fait que « Tous les investisseurs sérieux qui étaient venus en 2011 ont plié bagages, découragés par les multiples freins à l’émergence d’une économie prospère, la corruption, les pressions administratives et le manque d’infrastructures n’étant pas les moindres. Des entreprises de premier plan comme Fria, plus que cinquantenaire, ont arrêté leurs activités. SOTELGUI, pionnière de l’industrie GSM en Guinée est tombée en faillite. Ne restent pratiquement que la spéculation immobilière et l’exploitation minière, le plus souvent à la sauvette. Les pertes d’emplois sont énormes depuis trois ans, sans que la courbe ne puisse s’inverser dans un avenir prévisible avec la poursuite de cette politique. »

 Au regard des détournements, corruptions à haute échelle et complaisance, les dissidents de la COEP estiment que les vieux maux tels que la corruption, la fausse facturation ou les surfacturations, les détournements de toutes sortes sont toujours là en toute impunité. Conséquence : « La transparence promise n’est pas au rendez vous. Plus grave, des soupçons de prévarication pèsent sur votre régime dont la gestion échappe à tout contrôle. Il n’est même pas sûr que dans les conditions actuelles, une Cour des comptes y changerait quoi que ce soit. » On comprend donc aisément l’aigreur de Laye Jr Condé.

Jeanne FOFANA, Kabanews

  1. ouskoub dit

    Faya

Répondre |
Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.