FEMMES CHEF D’ENTREPRISES : Comment faire face au COVID-19 ?

Les initiatives se multiplient pour faire face au COVID-19 qui, en plus du nombre de décès enregistrés dans le monde lié à la pandémie, a entrainé des conséquences économiques et sociales sans précédentes.

Plusieurs activités économiques sont à l’arrêt, d’autres tournent au ralenti, en raison soit de la fermeture des frontières et le confinement ou l’état d’urgence sanitaire ou bien la baisse des activités dans certains secteurs.

  Alors que des milliers d’emplois sont menacés,  des Femmes Africaines Cheffes d’entreprises ont échangé récemment à travers une vidéoconférence, leur préoccupation pour la survie de leurs entreprises pendant cette période de pleine pandémie de COVID-19.

A travers la plateforme virtuelle «MasterClass », ces femmes d’affaires ont largement débattu ce 22 Avril, avec le thème « Femmes cheffes d’entreprise : Comment faire face au COVID-19 ? ».

 Déterminées à apporter des réponses appropriées à la pandémie, ces femmes d’affaires entendent transformer cette menace de COVID-19, en opportunité d’affaire afin de faire face à un ennemi commun. Déjà, plus de 100 femmes se sont inscrites pour y participer.

Mais pour y arriver, « l’implication des Etats et des gouvernements s’avère indispensable pour pouvoir inverser la tendance », ont fait savoir ces femmes panélistes.

C’est pourquoi, elles lancent un appel à nos gouvernements de soutenir les femmes qui sont les véritables supports de familles.

Venues pour la plupart du secteur privé ou de la Société civile, ces femmes Cheffes d’entreprises,  disposant d’une longue expérience dans l’entreprenariat, ont largement débattu sur l’impact du COVID-19 sur les activités de leurs entreprises respectives. Au cours des débats, les participantes ont exploré des pistes de solutions, notamment l’implication des gouvernements ainsi que les différents partenaires, à travers un soutien financier et la sensibilisation des populations sur les recommandations de l’OMS, à savoir le respect des règles de barrières et la distanciation afin d’éviter la propagation du virus.

Parmi les participantes à cet échange virtuel, figure notre compatriote, Madame Mariama Satina Diallo Sy, PDG du Groupe Mondial Tours et ancienne ministre du Tourisme, de l’hôtellerie et de l’Artisanat de la Guinée.

Cette session a connu également la participation de Madame Nicole Gomis Gakou, Présidente de l’Union des femmes cheffes d’Entreprises du Sénégal, Directrice Générale des Éditions KALAAMA, Directrice associée de la Société Africaine de Travaux (S.A.X. sarl) (BTP) et Directrice générale du Cabinet conseils N2G conseils et services (SÉNÉGAL).

Au cours de cette vidéoconférence qui s’est déroulée sous la modération de Madame Mariam Tendou KAMARA-DIOP Fondatrice de la plateforme « Madame Digitale » et Madame Fatou Souaré Hann, Directrice Exécutive de l’ONG WAFRICA Guinée, ces Femmes Cheffes d’entreprises, l’occasion a été mise à profit pour interpeller les Etats et les Gouvernements afin de soutenir financièrement les entreprises pour sauver les emplois. 

Pour rappel,  WAFRICA Guinée, est une Organisation-Non Gouvernementale basée à Conakry (Guinée), œuvrant pour l’avancement, la promotion et l’épanouissement de la femme et de la jeune fille.

Dans son intervention, la PDG du Groupe Mondial Tours a indiqué qu’« Il revient à l’ Etat de nous accompagner lors des crises sociales, ce n’est pas nous le secteur privé. Les plans de riposte économiques au #COVID19 doivent prendre en compte nos besoins spécifiques », a insisté l’ancienne ministre du Tourisme de l’Hôtellerie et de l’Artisanat de Guinée.

Plus loin, souligne, Madame  Nicole Gakou, « Etre une structure formelle va au delà d’avoir un registre de commerce,  c’est avoir une traçabilité financière qui permettra à une banque de vous financer », a laissé entendre la Présidente de de l’Union des femmes cheffes d’entreprises du #Sénégal lors du #EllesCoaching sur « Faire face au #COVID19 »  (dont voici le lien vidéo https://t.co/GTIuZUCgQy)

D’autres sujets ont été également abordés au cours des échanges. Il s’agit par exemple des avantages et des inconvénients de l’utilisation des services financiers digitaux pour les TPME, particulièrement en cette période du COVID-

Alors que la riposte s’organise pour faire face à la pandémie, d’autres sujets portant sur l’entreprenariat ont également été débattus.

Pour Mme Sy, qui assure également les fonctions de Secrétaire Générale du GEFAG (Groupement des Femmes d’Affaires de Guinée) et Présidente de l’Association Patronale des Professionnels du Tourisme, c’est une toute première session qui devrait se poursuivre afin de permettre aux entreprises d’assurer leur survie pendant cette période critique où la pandémie COVID-19 affecte sérieusement les activités économiques.

La prochaine session est donc attendue dans les jours à venir.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.