Fermer les frontières pour empêcher un fret de Dalein ?

La décision subite, unilatérale et sans motif invoqué, pour Conakry de fermer les frontières à Dakar et Bissau fait jaser. Si on connait déjà les inimitiés qui prévalent entre Macky (l’ami et frère d’Umballo), Umaru Sissoko (le rancunier incurable de Condé) et le vieil homme de Sékhoutouréya, on n’est pas en revanche saisi d’un quelconque motif poussant à la fermeture des frontières, alors qu’il n y a aucune menace sécuritaire entre les trois pays.

Pour sa part, les médias sénégalais creusent pour trouver une raison à la décision de Conakry. C’est ainsi que la presse de la Téranga rapporte : «C’est dû à un combat politique. CellouDalein Diallo a confectionné 400 mille T-shirts au Sénégal. T-shirts répartis dans 5 camions. Alors, pour empêcher son adversaire d’avoir ces T-shirts, Alpha a fait fermer la frontière terrestre », renseigne le journaliste Sadih Top, repris par Senegalactu. Une thèse que corrobore une autre source. «Tout le dispositif technique de campagne de CellouDalein en provenance du Sénégal est bloqué depuis 48 heures », indique-t-elle. Voir le lien : 

https://www.senenews.com/actualites/politique/fermeture-frontieres-entre-la-guinee-et-le-senegal-les-raisons-dune-decision-politique_332407.html

Cette fermeture intervient à quelques semaines de la présidentielle du 18 octobre. Un scrutin qui exclut le vote des compatriotes vivant entre autre au Sénégal. C’est du moins ce qu’annonce la CENI.

Selon Aly Bocar Samoura, de communication, interrogé par africa Guinée,  la recommandation (R1) de l’audit du fichier électoral dit que tout électeur doit passer devant le kit d’enrôlement pour pouvoir rester dans la base de données. C’est pourquoi : « Tous ceux qui n’ont pas été enrôlés, ne doivent pas être électeurs. Et les Guinéens du Sénégal et ceux de l’Angola n’ont pas été enrôlés. Donc, ils ne voteront pas. »

Allez-y savoir le pourquoi, tout en sachant que la diaspora a toujours majoritairement voté pour Dalein, même si, selon certains, cet effectif, par rapport à la masse électorale, ne représente pas grand-chose. Sauf qu’elle peut créer la différence.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.