Fête de Tabaski : voici comment faire le sacrifice

À l’instar des années précédentes, la fête de Tabaski aussi appelée fête de moutons 2016 s’annonce dans un contexte où la situation économique est très précaire pour de nombreux guinéens. À quelques heures de la célébration de la seconde fête musulmane prévue ce lundi 12 septembre, sur le marché de bétail, nombreux sont ceux qui se plaignent de la cherté des animaux. En dépit de la hausse de prix constatée ces derniers jours dans les points de vente de moutons de la capitale, certains entendent bien s’acquitter de leur obligation religieuse.

Célébrée après le pèlerinage à la Mecque, l’Aïd Al-adha (de son nom arabique) demande aux musulmans disposant des moyens à immoler un bélier, une chèvre, une vache, un bœuf ou un chameau à l’image du sacrifice réalisé par le prophète Abraham en lieu et place de son fils Ismaël. Il est à rappeler que l’animal en sacrifice peut être acheté par plusieurs personnes et doit être en bonne santé.

Ramadan Diallo, chroniqueur islamologue, rappelle l’importance de ce sacrifice : «Il est demandé à chaque musulman qui en a les moyens d’acheter un bélier pour l’immoler pour rechercher la grâce divine. Ce sacrifice ne doit pas être négligé puisqu’il a une très très grande importance pour la religion musulmane». L’animal doit être en bonne santé. «Il ne doit pas avoir d’anomalie sur les oreilles, les cornes ou les pattes», a-t-il rappelé.

Pour faciliter ce sacrifice, la religion musulmane autorise que plusieurs personnes se partagent l’achat d’un animal pour ensuite l’immoler. Mais ce qui meilleur, c’est d’avoir individuellement un bélier, rappelle l’islamologue. Quant au délai, il est recommandé de faire le sacrifice le jour de la fête après la prière. Mais pour ceux qui n’ont pas eu le temps, ils peuvent le faire jusqu’au troisième jour après la fête.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.