Fichier électoral : Kanakn dépasse Conakry en nombre d’électeurs

A un mois de l’élection présidentielle, la CENI a publié lundi la situation du corps électoral qui doit élire un Président le 18 octobre prochain.

A la surprise générale , la région administrative de Kankan  dépasse largement la capitale Conakry en nombre d’électeurs avec 22% contre 19 % pour la zone spéciale de Conakry et 8% à Labé et à Boké.

Une annonce qui suscite des interrogations quant à la transparence de ce scrutin. Aliou Condé de l’UFDG s’interroge sur la fiabilité de ce fichier : « Nous avions des interrogations. Et je crois que tous les Guinéens ont entendu parler des difficultés qu’il y avait sur le fichier électoral, mais la CENI s’est enfermée et a travaillé sur ce fichier alors que nous nous étions entendus dans le cadre d’un comité de suivi, que ceux qui devaient faire l’audit du fichier, c’était les Nations unies, l’Union européenne, l’OIF qui ont fait des recommandations que toute la classe politique a accepté. À notre grand étonnement, au lieu que ce soit ceux qui ont dénoncé les faiblesses du fichier qui viennent travailler sur le fichier, on a fait venir la CEDEAO. Il se trouve aujourd’hui à 203 mille 731 électeurs alors qu’en 2010, on est parti avec 84 mille 367 électeurs à Mandiana. »,  regrette le Vice-président du parti de Cellou Dalein Diallo.

  De son côté,  Dr Mandjou Sidibé, un autre candidat à la présidentielle du 18 octobre constate avec regret une sorte de favoritisme du parti au pouvoir au détriment d’autres formation politiques

Le Président du parti Alliance des Forces pour le Changement ( AFC), parle déjà  manigance pour favoriser le parti au pouvoir :.

« Ce que je vais dire d’abord, moi je suis installé à kankan donc je connais la réalité. le pouvoir a privilégié l’électorat de la région de kankan au détriment des autres. Je constate une sorte de favoritisme ou de privilège accordé à la région de kankan parce qu’on pense que c’est le fief traditionnel du pouvoir. Mais loin de là, kankan d’aujourd’hui est différent de celui d’hier, il se trompe en pensant que les jeunes de kankan sont avec eux mais ce n’est plus le cas. C’est pourquoi ma candidature les a beaucoup dérangé, ils (mouvance) sont entrain de manigancer pour me nuire parce qu’ils savent que moi je connais la localité, donc cela leur empêchera de colporter des cas de fraudes. C’est évident que le pouvoir a une main noire sur ce chiffre mais voyons comment ces 22% seront utilisés parce que le divorce est complètement consommé entre la population de kankan et le pouvoir».

En tout cas de nombreux guinéens redoutent l’utilisation d’un fichier électoral peu fiable qui pourrait engendrer une crise post électorale.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.