La FIFA menace de suspendre le stade du 28 septembre de Conakry

Le stade du 28 septembre de Conakry est menacé de suspension par la Fédération internationale de football (FIFA) qui a décidé de sanctionner la Guinée par le paiement d’une amende de 10 000 dollars américains. L’annonce a été faite ce jeudi 17 août par Ibrahima Blasco Barry à l’occasion de la conférence de presse de présentation de la liste des joueurs convoqués pour la double confrontation avec la Libye au compte de la troisième et quatrième journées d’éliminatoires de la Coupe du monde 2018 prévue en Russie. Faisant le compte-rendu de la récente décision prise à l’encontre de la Guinée par les dirigeants de l’instance du football mondial, le secrétaire général de la Fédération guinéenne de football (FEGUIFOOT) a expliqué que la menace de suspension de l’unique stade du pays affilié à la FIFA fait suite aux jets de projectiles et à la falsification de tickets d’entrée constatés pendant le match opposant le Syli national aux Léopards de la République démocratique du Congo (RDC), le 13 novembre 2016 à Conakry.

Ce comportement antisportif de certains supporters de l’équipe nationale de Guinée a irrité la FIFA qui n’a pas manqué de prévenir les dirigeants du football national qu’en cas de récidive le Syli national devrait jouer ses prochains matchs à domicile sur un terrain neutre, autrement dit à l’extérieur de la Guinée, comme au temps du virus Ebola. En plus des jets de projectiles, la FIFA a relevé une importante fraude autour de la vente de tickets permettant d’entrer au stade pour suivre la rencontre avec la RDC. En effet, elle a constaté curieusement que les détenteurs de tickets bloqués à l’extérieur du stade du 28 septembre étaient plus nombreux que ceux qui se trouvaient à l’intérieur. Or, ce jour-là le stade était plein à craquer. Cette situation qui a créé des risques sécuritaires inimaginables n’est pas passée inaperçue auprès de la FIFA qui est arrivée à la conclusion suivante : les tickets ont été reproduits pour être (re)vendus au marché noir.
Dans son intervention, Ibrahima Blasco Barry a pointé du doigt certaines imprimeries qui seraient derrière cette fraude ayant entraîné l’avertissement émis à l’encontre de la FEGUIFOOT. Il prévient que son institution prendra les dispositions nécessaires pour mettre la main sur les personnes qui seraient tentées de refaire ce stratagème lors des prochains matchs que le Syli national disputera à Conakry. Quant au public, M. Barry demande aux supporters de faire preuve de responsabilité car un nouvel incident risque de condamner l’équipe nationale à jouer loin de sa pelouse jusqu’à nouvel ordre.
S’agissant des joueurs appelés pour affronter la Libye le 31 août à Conakry et le 4 septembre à Monastir en Tunisie où la rencontre est délocalisée en raison de la crise politico-sécuritaire qui frappe le pays de Mouammar Kadhafi, le sélectionneur du Syli national Kanfory Lappé Bangoura a indiqué avoir « eu un bon groupe de vingt-deux joueurs dont deux gardiens de but ». Le brassard de capitaine est confié à Ibrahima Traoré, a-t-il précisé. Rendez-vous est pris pour le 31 août pour voir si la mise en garde de la FIFA est tombée dans des bonnes oreilles à Conakry.
Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.