Fin de la crise à la CENI : la préoccupation de l’opposition est ailleurs

Ceux qui ont cru que le fait de mettre fin au bicéphalisme à la tête de la CENI avec l’arrêt de la Cour constitutionnelle se trompent. La raison est toute simple : l’opposition républicaine a ses préoccupations ailleurs.

Il s’agit  du chronogramme électoral. « S’il sort, naturellement nous en serons satisfaits. Si on a une date précise à laquelle on peut s’attendre à l’organisation de ces élections, ce serait un progrès. Mais ce n’est pas le changement de présidents qui constitue une revendication de l’opposition », précise le chef de file de l’opposition. Pour Dalein Diallo, « Si la Cour constitutionnelle estime que la désignation de monsieur Kébé est légale et que le départ de monsieur Bakary Fofana l’est aussi, tant mieux pour vue que la CENI travaille à la préparation de l’organisation des élections pour qu’elles puissent avoir lieu avant la fin de l’année. »

L’un ou l’autre cas, « Nous avons des doutes quant à la sincérité de la CENI parce qu’elle s’était rendue complice de la volonté des autorités de ne pas aller aux élections. Est-ce que le changement du président va changer cette situation ? On attend de voir ! Mais déjà nous savions que depuis un moment, même pendant l’administration provisoire de Monsieur Aziz Camara, il y avait des frémissements sur la préparation de ce chronogramme. »

Papa KolyKourouma marche sur la langue de son allié, Dalein Diallo. Selon lui, « Cette crise est virtuelle. La crise à la CENI n’était pas aussi profonde pour empêcher l’élaboration d’un chronogramme électoral. Il y a une CENI et il doit y avoir un président. Ce n’est pas une question de personne, mais d’institution. La refondation de la CENI est une décision issue de l’Accord politique du 12 octobre 2016. On n’a pas manifesté pour la dissolution de la CENI, mais puisque les conclusions de l’Accord n’ont pas été respectées. »

Il n y a donc pas de polémique à alimenter. Seule préoccupation qui vaille, le chronogramme électoral. Un point, c’est !

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.