Fragments d’histoire : Wassolon en bref …

ORIGINE DU NOM MANDIANA

MANDIANA signifie « CHEZ MANKANDIAN » qui est le nom du chef Bambara installe en ce lieu (sud-Est de FARALAKO au bord de la plaine du SANKARANI) avant l’arrivée des peuls wassolonka, les DIALLO DJAMARANKA conduits par MADY KANDJI DIALLO et son grand frère PATHE DIALLO venus du Fouta Djallon (TIMBO).
La tradition retient que PATHE DIALLO est fondateur du village de FARALAKO. De FARALAKO, certaines familles DIALLO DJAMARANKA vinrent s’installer à trois kilomètres en contre-bas au sud-Est dans le vieux site occupe autrefois par le chef Bambara MAKANDIAN.

Le village portera le nom de ce site : »MAKANDIANA  » c’est-à-dire « CHEZ MAKANDIAN « et qui par déformation donnera MANDIANA.

Ce vieux site, situé à 3km au sud-Est de FARALAKO a été abandonné au profit d’un second site lors des guerres menées par l’ALMAMY SAMORI TOURE contre les troupes coloniales françaises (1890-1898).

Les habitants de MANDIANA qui s’étaient alors refugies sur la rive gauche du fleuve NIGER à Falama (Siguiri) revinrent après pour occuper le site actuel vers 1908.

C’est pourquoi les aurifères comme les mares qui sont aux alentours de MANDIANA appartiennent à FARALAKO ou à OUDIALA.

LA REGION DE MANDIANA

Région à cheval entre 3 pays la Guinée, le Mali et la Guinée est un endroit par excellence pour l’intégration sous régionale.

Le Wassolon est par excellence le pays de la grande chasse. Les chasseurs, très nombreux y forment encore une vaste confrérie dont les membres se réclament tous de KONDOLON et de SANE (deux divinités vénérées par les chasseurs) dont les tombes sont représentées par des tas de cailloux se trouvant toujours à l’orée du village et dans un carrefour (DANKOUN). Cependant, il convient de souligner que la chasse n’a pas été l’unique activité du Wassolonka;

En effet ce dernier est surtout reconnu pour sa boolatrie légendaire; il a été surtout un éleveur, un nomade derrière son troupeau de bœufs . Le territoire du Wassolon était giboyeux à tel enseigne qu’il était difficile de pratiquer l’élevage (activité traditionnelle des Peulhs Wassolonka). Il fallait donc lutter souvent contre les bêtes féroces, mais aussi contre les sédentaires cultivateurs dont ils envahissaient les domaines de culture.

Ainsi le POULO PASTEUR s’est mué en chasseur et en véritable conquérant lorsqu’ il fut question de s’assurer des zones de parcours du bétail en milieux d’agricultures comme c’était le cas des BAMMBARA SAMAKE des rives du fleuve SANKARANI et du BANIN.

​ PRESENTATION DU WASSOLON AVANT SAMORY TOURE

Le Wassolon, aujourd’hui habite par les peuls wassolonka était occupe par les Bambara Samake. Il s’agit de cette bande de terre s’étirant des rives du Sankarani (rep.de Guinée) au fleuve Baoulen (Rep du Mali) pour se prolonger ensuite vers les régions de Manian et d’Odiéné (République de Côte d’ivoire). Essentiellement éleveurs de bovin, les Peuhls furent attirés par les plaines herbeuses du SAKARANI et du BAOULEN. La tradition rapporte qu’aux premières vagues de pasteurs peuhls arrives dans le KOUNANDOU (Préfecture de Mandiana), les KONATE, leurs hôtes indiquèrent « SOLON » ou « LA PLAINE HERBEUSE » d’où l’expression  » WA SOLON  » c’est à dire « allez à SOLON ». Le Peul wassolonka (DIALLO, DIAKITE, SIDIBE et SANGARE) est toujours loue en ces termes maninka : FOULA SINANI, DJATARA SINANI, BOUGOU TOUDOU NI BOUGOU BO ou BOUGOU DJINDJIN

C’est à dire que le Peul est toujours nomade derrière son troupeau de bœufs. Cependant au contact des communautés d’agricultures ; tels les Bambara Samake installes sur les rives du Sankarani, les Peuls pasteurs se muèrent en véritables conquérants et réussirent à refouler les Bambaras jusqu’au-delà du fleuve Baoulen (Rep du Mali) comme le furent avant eux leurs coreligionnaires DJALlONKE du Fouta.

Le Wassolon Pré-Samoryen comprend huit provinces traditionnelles reparties de la façon suivante :

1. Dans l’actuelle République de GUINEE précisément dans la préfecture de MANDIANA, l’on compte trois provinces traditionnelles : -La province des DJAMARANKA -Le DJETOULOU -La province des SANANFOULA ou le DJAN DJMANA

2. Dans l’actuelle République du MALI (au SUD-EST), quatre provinces : -BA-SIDIBE, -DJALLON FOULA -GBANAN -et GBANYAGA.

3.Dans l’actuelle République de COTE D’IVOIRE, une seule province : Le BOLOU constitué par les régions de MANIAN et d’ODIENE.
LE WASSOLON DE GUINEE :

Le Wassolon de Guinée se trouve à l’est dans la préfecture de MANDIANA et englobe les sous-préfectures de Faralako, Niantanina, Saladou, Kantoumanina et la Commune urbaine de MANDIANA. Il comporte trois provinces traditionnelles :

A. LA PROVINCE DES DJAMARANKA :
Dans cette province se trouvent les localités actuelles de FARALAKO, MANDIANA-CENTRE (moins le quartier NOUMOUSSOULOU habites par les peuls wassolonka DIAKITE SABASSI originaires de GBANAN (République du Mali), OUDIALA, SOKOURABA, KOUROULAMINI, KINYENI, KANTOUMANINA. Cette province est habitée par les peuls wassolonka descendants de MADY KANDJI DIALLO originaire du FOUTA DJALLON et le père Fondateur du WASSOLON.

LE WASSOLON DU MALI : 

Le Wassolon du Mali est situé au SUD-EST et fait frontière avec la Rep.de GUINEE. Il comprend les Provinces traditionnelles de :

1. GBANAN,

2. GBANYAGA,

3. DJALLON-FOULA,

4. BA-SIDIBE.

I. LA PROVINCE DES GBANAN :
Cette province serait occupée par les pasteurs peuls venus du MACINA (entre les 17e et 18e siècle). La tradition retient surtout la vague des émigrants peuls conduite par le chef du clan des DIAKITE de la localité de DIAGA a MACINA à savoir : SAABA DIAKITE qui donna ainsi son nom à ce clan appelé « DIAKITE SAABASSI « de GBANAN. (Quelques familles quitteront plus tard le GBANAN pour s’établir dans le site du quartier NOUMOUSSOULOU a MANDIANA en Rep.de GUINEE).

Les localités de GBANA sont :YOROBOUKOULA, KELEFALADJIN,DJIRILA,NYENE,BOUNA,FARALA,DIASSA,KANIMBOULA,NYOUMAGBEBOULA
,TOUMANI-OULENA,GBELEKEBOULA ,SODIARAN,MISSA-OULENA,FIRABOULA,GBANAN-MEDILA ,MOROLA,WANYANKEKOURALA,SIRAKORO,SANDOUKOULA, KONINKO ,MORIAN-FERELA,KOKOUN,NYAMOUROULA,DALAKAN,DENSO,GBEREKO, BALADOU ou GBILIN,WASSADA,WOUROU-WOUROU,LONTOLA,NYINA-MALEN,TABAKO,GBOROTOUMOU(actuellement abandonne),MOKOBALA,MOKOFARA,BARILA,NALA,DJINKOUDOUN(site actuellement abandonne),KOUSAN,NYOGBE-BOULA,FARABA,DOUKOUFING,TSIAN,KANDJI-MAMOUDOULA,KANGBE-SAMBALA.

D’après la tradition le fondateur de la province de GBANAN à savoir SAABA DIAKITE serait un célèbre chasseur ; ce qui lui aurait donné « DOUGOU LAMINI SAABA, SOLAMINI SAABA, DOUGNAN LAMINI SAABA, GBOROTOUMOU SAABA  » chanson des griots.

  1. LA PROVINCE DE GBANYAGA

    Auteurs : DIAKARIA DIAKITE, Sociologue Université de Kankan (Guinée), KASSIM KEITA Historien-Géographe à Mandiana

 

Pourquoi les cases du Wassolon ont elles 2 portes ?

Au Wassolon, les cases ont toujours deux portes. La seconde débouchant généralement sur un enclos fait de secco. Cette technique remonte à la période PRE -SAMORIENNE caractérisée par des guerres intestines : »BADENYA KELE « .

L’insécurité était permanente. Certains notables avant de s’endormir prenaient le soin de protéger leur tête en la mettant dans un mortier. L’ennemi pouvait surgir à tout moment, il fallait donc s’assurer d’une porte de secours pour opérer à temps un « repli stratégique » pour ne pas dire une fuite en bon ordre.

Auteur : DIAKARIA DIAKITE, Sociologue Université de Kankan (Guinée)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.