France-Allemagne-USA : qui a osé annuler les deux semaines de Condé ?

[dropcap color= »#dd9933″ font= »0″]O[/dropcap]n ne sait pas pourquoi le président guinéen a la boulimie de l’avion pour se rendre quatre fois de suite aux USA en moins de trois mois ; on sait en revanche qu’Alpha Condé n’est plus bien accueilli actuellement dans certaines grandes puissances occidentales. Pas parce qu’il n’a pas peur d’Ebola mais parce qu’il abandonne sans cesse ses concitoyens pour aller changer d’air et se requinquer.

Il y a juste quelques jours, alors qu’il vient de rentrer des USA et de Navarre, le président guinéen voulait encore rallier l’Allemagne, après une escale en France, l’autre patrie puis s’envoler pour les USA. Le tout en deux semaines de séjour. Comme par enchantement, ni Hollande, l’autre ami de l’International socialiste qui n’a jamais dépêché un ministre de taille à Conakry, encore moins lui-même en Guinée, ni Angela Merkel, encore moins Obama ne sont prêts à recevoir le touriste invétéré de Sékhoutouréya. Tous scandent : « Restez chez vous et faites face un peu à Ebola qui endeuille des familles et qui inquiète de nombreuses capitales occidentales. » Les Guinéens voient les aller et retour de leur président sans trop en savoir les motifs et les retombées.

Pourtant aujourd’hui, le Parlement a accepté d’accroître le budget d’Alpha Condé de près de 30%. Pendant ce temps, les secteurs sociaux de base restent en parents pauvres : la santé, l’Education, l’agriculture, etc. Les grands de ce monde ont compris donc qu’Alpha Condé n’a aucun souci pour sa population. Il s’en occupe juste pour en faire du bétail électoral.

Que ce soit un mini sommet, une rencontre d’ingénieurs, de chimistes, de chefs d’Etats, etc. Alpha Condé répond présent. Comme s’il n’a rien à faire chez lui, en Guinée. Ni l’ouragan, ni affrontements inter communautaires, ni épidémie, ni crise politique interne, … ne dissuadent Alpha Condé. Pour qui prend-il les Guinéens qui l’ont élu ? A chacun de tenter de répondre.

En attendant, Berlin, Paris et Washington ferment leurs portes au visiteur impénitent. Quitte à tenter vers l’Empire du milieu ou du soleil levant.

 Jeanne FOFANA, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.