Fraudes aux examens nationaux: Une ONG demande l’annulation du Baccalauréat

Face à l’ampleur de la fraude constatée lors des examens nationaux, les membres de l’association scolaire et estudiantine de Guinée, qui ont également pris part à ces examens, demandent l’annulation du Baccalauréat. Ils disent avoir aperçu plusieurs cas de fraudes.

Selon le Président de cette ONG, valider ces examens ne crédibiliserait pas notre pays. C’est pourquoi, Kabinet Keita, qui s’exprimait lundi chez nos confrères d’Espace TV, demande aux autorités l’annulation pure et simple du Baccalauréat ainsi que les autres examens nationaux.

Extraits : « Nous dénonçons le processus dans l’organisation des examens nationaux. Nous avons constaté des fraudes massives, l’utilisation des téléphones mais aussi l’utilisation des documents, des brochures et des cahiers. Premièrement il y a eu l’utilisation des téléphones Android dans les salles de classes. Je pense qu’aujourd’hui, si vous faites les enquêtes, vous demandez la téléphonie Orange, on vous dira qu’il ya eu plus d’achats de pass pendant les examens que pendant les autres jours. Ça, c’est la première preuve. Deuxièmement il y a des groupes qui ont été crées par les censeurs, les élèves, les candidats où les sujets étaient traités et envoyés par des professeurs. En troisième  lieu, des brochures, des cahiers ont été retrouvés dans les salles de classes. Et on nous dit aussi qu’il y a des PV qui ont été doublés, parce que nous connaissons aussi des écoles ici qui ont doublé voir triplé les PV de leurs élèves. Donc tous ceux-ci ont été des cas de fraudes non les moindres qui décrédibilise les examens nationaux. Leur première vocation c’est d’être admis au Baccalauréat et le second lieu c’est d’être Lauréat  pour partir représenter la Guinée au Maroc. Presque tous les candidats seront admis cette année, parce que 95% des élèves ont triché à ces examens.  Donc l’Association scolaire et estudiantine de Guinée n’est pas d’accord et nous demandons que de nouveaux examens soient organisés sur toute l’étendue du territoire national, à commencer par l’examen d’entrée en 7ème année jusqu’au Baccalauréat.», plaide le Président de l’association scolaire et estudiantine de Guinée.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.