FRIA EN CRISE : Une nouvelle victime ?

Selon les annonces conjointement faites par l’Etat guinéen et les partenaires russes, la relance de l’usine Friguia interviendra au plus tard le 1er avril 2018, autrement dans 21 mois. Cette promesse, même si elle devait se concrétiser, arrivera trop tard pour beaucoup de cadres dont la vie était reliée à l’usine dont les machines sont à l’arrêt depuis 2012. C’est le cas notamment d’Henri Wilson Camara dont le corps a été découvert ce dimanche, dans sa propre chambre. Ancien cadre du département des ressources humaines, le défunt pourrait, comme beaucoup d’autres, avoir cédé sous le poids de la pression sociale et du stress résultant de la fermeture de l’usine.
Âgé d’une soixantaine d’années, personne ne l’avait aperçu depuis trois jours. Le temps devenant long, sa disparition est alors signalée et de fil en aiguille, la justice de paix en est informée. Les recherches dans la ville se révélant vaines, ordre est alors donné pour que la porte de sa chambre soit défoncée. Et c’est seulement après que son corps inanimé est retrouvé sur son lit. Une enquête sera sans doute diligentée pour déterminer les circonstances du décès. Mais les chances sont grandes pour qu’au-delà de toutes les circonstances, la cause ultime soit en rapport avec la crise dans laquelle les populations et la ville sont plongée depuis que l’usine est à l’arrêt.
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.