FRONDE AU RPG : Alpha Condé toujours à la peine

Bien que ses irréductibles supporters lui attribuent de grandes qualités de tacticien politique, Alpha Condé peine à trouver un remède à la fronde qui secoue son parti politique. On s’en est rendu compte à la faveur de l’Assemblée générale de ce samedi où le chef de l’Etat s’est pointé à l’improviste. Obligé de faire face à la colère des siens, il épouse désormais la théorie éculée du complot qu’il alterne avec une opération de charme en direction des militants. Malheureusement, la recette ne marche plus.

’Opération reconquête’’, c’est ainsi qu’on pourrait résumer la courte intervention du chef de l’Etat lors de l’Assemblée générale ordinaire du RPG de ce 30 avril. Comme s’il avait conscience du fossé qui le sépare désormais de la base, il essaie de la reconquérir. Mais pour cela, il opte pour approche des plus risquées. Il s’agit du sacrifice de certains responsables qui sont autour de lui et qu’il soupçonne de travailler contre lui.

En somme, encore et toujours la stratégie de diviser pour régner. Ainsi, arrivé à la surprise générale, il déclare entre autres : « Il y a des responsables qui ne veulent pas le changement. Ils ne veulent que des avantages, ils ne veulent que l’argent, mais ne pensent pas au petit peuple. Nous ne pouvons pas oublier les RPC, ceux qui sont à l’origine du parti. Avant, ce sont les autres qui nous combattaient, et maintenant, e sont nos propres responsables qui nous combattent. C’est ça la vérité. Ils passent derrière les gens pour les pousser. Mais tout finira par s’éclaircir ».

Si pour aborder une crise qui secoue le parti depuis des mois, il n’a que ce type de discours, c’est que le chef de l’Etat n’a pas encore compris le message. Sinon, les jeunes frondeurs ont toujours dit n’être à la solde de personne. Au contraire, ils ont fait état de revendications objectives et vérifiables. Il s’agit notamment de l’abandon dont ils sont victimes de la part des appareils du parti. Pas de formation et aucune promotion.

Conséquence, ils demandent une restructuration du parti, avec un changement de leadership. Or, à propos de ce changement de leadership, le président Alpha Condé continue de jouer la montre en décidant que le congrès que les contestataires continuent de réclamer, ne se tiendra qu’à l’issue qu’un interminable de processus de restructuration de toutes les instances du parti. La conduite de ce processus pouvant en outre être allongé par la guerre qu’il déclare contre les actuels responsables du parti.

Anna Diakité, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.