Garde à vue d’Ousmane Gaoual Diallo : Baïdy Haribot n’approuve pas la procédure‏

Le placement en garde à vue du député uninominal de Gaoual continue de susciter des réactions au sein de la classe politique. Après les leaders de l’opposition, notamment Cellou Dalein Diallo qui a dénoncé mercredi une procédure visant à décapiter l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) à laquelle appartient Ousmane Gaoual Diallo, intentée par «une justice à deux vitesses», c’est au tour de Baïdy Haribot, député de la commune de Kaloum, de dénoncer la méthode employée pour arrêter son collègue dont la garde à vue se poursuit à l’Escadron numéro 3 de Matam.

Pour ce cadre de l’Union des forces républicaines (UFR) — désormais alliée du régime du président Alpha Condé —, Ousmane Gaoual Diallo qui jouit encore de l’immunité parlementaire doit être traité comme le prévoient la loi et les règlements en vigueur en Guinée. Comme le juriste Mohamed Camara, il affirme que la non-saisine de l’Assemblée nationale constitue une violation de la loi. Baïdy Haribot a également déploré le manque de respect de l’exécutif vis-à-vis du législatif incarné par l’Assemblée nationale. « À partir du moment où il est député du peuple, on ne doit pas le traiter comme un vulgaire bandit», a-t-il rappelé.

Le député de Kaloum partage l’avis des observateurs qui jugent que l’arrestation de M. Diallo est inopportune, car le climat politique est très tendu en ce moment dans le pays et qu’il est plutôt urgent de chercher à le décrisper ; au lieu de mettre de l’huile sur le feu. Mais le pouvoir de Conakry n’a visiblement pas pensé aux conséquences que cette décision pourrait causer. En attendant le retour à la raison, Ousmane Gaoual quant à lui poursuit sa garde à vue qui a commencé mardi après-midi.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.