Gassama Diaby : « Il n’y a pas de Guinéen étranger à Kindia »

En tournée de sensibilisation dans la Guinée profonde, où des violences post-électorales ont été enregistrées au lendemain du scrutin du 04 février, le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté lance un message fort aux populations rencontrées.

Gassama Diaby qui s’est déjà rendu dans les localités de Kalinko (Dinguiraye) et Dogomet (Dabola), poursuit sa tournée dans la Guinée profonde.

A Kindia où le ministre et sa suite se sont entretenus avec la notabilité, Gassama Diaby ne cache pas son indignation face aux propos incendiaires des certains concitoyens :

« Ceux qui disent qu’à Kindia il y a une communauté qui est venue s’installer et qu’elle n’a pas le droit de prétendre à un poste de responsabilité, ces propos sont absolument immondes, inacceptables et horribles. Il faut que ça soit très clair, tant que Kindia sera dans la Guinée, Kindia appartient à tous les fils de Guinée. Il n’y a pas de Guinéen étranger à Kindia, il n’y en a pas à Boké, à Conakry, à Pita, à Labé. Il n’y en a non plus à Kankan, à N’Zérékoré. Chaque Guinéen, où qu’il s’installe en Guinée, est chez lui. Il n’y a pas de guinéen étranger. Ceux qui soutiennent cela sont ceux-là qui tentent de détruire ce pays. Il faut qu’on leur dise qu’on ne les laissera pas faire. Ces propos sont absolument horribles et inacceptables. Il faut que cela cesse. J’invite l’ensemble des notabilités du pays de mettre fin à ce genre de propos. Tenir un tel propos, c’est de mettre l’huile sur le feu. Et ces propos ne sont pas dignes de la place qui doit être celle des notables, sages et responsables publics et politiques de ce pays. La Guinée appartient à tous les fils et à toutes les filles de ce pays, sans aucune distinction. Si on faillit à cette règle, on trahit la nation guinéenne et on détruit la Guinée, parce que personne n’acceptera l’injustice », prévient le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté qui s’exprimait au micro de nos confrères de Guineematin.com.

Devant les propos qui incitent à la haine ehnique et à la violence, Gassama Diaby rappelle que ces « propos sont injustifiables et inacceptables, quand on sait à quel point la violence dans notre pays a créé tant de victimes, de tristesses et de douleurs dans les familles et dans le pays, avec leur cortège de frustrations et de sentiments d’injustices. » C’est pourquoi, rappelle le ministre, « Le mécanisme de veille et de surveillance annoncé au nom du chef de l’Etat et du gouvernement au peuple, et dans les partis politiques, s’appliquera… » Et de poursuivre : « Ses propos sont graves, anti républicains et inacceptables. », rappelle-t-il.

Parlant des violences post-électorales, le ministre de la Citoyenneté, qui annonce avoir constitué un pool d’avocats pour accompagner les familles des victimes,  déplore les pertes en vies humaines : « L’important n’est pas de savoir qui a tort, qui a raison. Il n’est pas du tout acceptable, cela n’a que trop duré que nos concitoyens meurent par balle et qu’on ne puisse pas situer la responsabilité des uns et des autres. L’Etat doit indemniser les familles des victimes pour apporter un soutien aux familles. Prouver à ces familles que leurs enfants ne sont pas morts pour rien », a-t-il insisté.

 

Abdoul Wahab Barry, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.