Gassama et le lynchage enveloppé de haine !

Il est encore sous les feux des critiques les plus acerbes. Mais cette fois-ci il a tenu à répondre et à dénoncer car, après tout, «Le chef de l’Etat m’a confié une mission que j’ai l’intention de mener avec dignité et la plus grande honnêteté  jusqu’à ce qu’il me retire sa confiance. »

Kalifa Gassama Diaby ne semble vraiment pas ébranlé : «On ne me fera pas peur. Je n’ai pas peur, je suis simplement triste de constater que dans ce pays, le simple fait de dire la vérité peut vous valoir un lynchage enveloppé dans un tissu de haine et de naïveté. » Mains en l’air, le ministre clame sa neutralité et s’indigne : « Je n’ai pas d’allié, je ne fais pas de réunion secrète, je n’ai pas d’ambitions particulières. Ce que je ne comprends pas par contre et qui, pour moi est attristant pour ce pays, c’est notre incapacité à nous respecter. Je plains ceux qui, étant en contradiction avec moi le traduisent par des insultes, par des attaques et des menaces. »

 Et Gassama de rappeler sur les ondes d’une radio locale : « J’ai été nommé ministre des Droits humains, j’ai ensuite été confirmé comme ministre de l’Unité nationale et de la citoyenneté avec des prérogatives. J’ai rappelé en de maintes reprises que lorsqu’on doit défendre les droits de l’homme, on ne peut pas prendre parti. Les seuls partis qu’on pourrait prendre sont les partis de la justice et de la légalité. » Comprendra qui le veut !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.