Gestion d’Ebola en Guinée: Dr Sakoba Keita et Cie visés par une plainte

Après la déclaration de la fin de l’épidémie Ebola, le 29 décembre 2015, puis le 1er juin 2016 par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Dr Sakoba Keita, Coordinateur national de lutte contre Ebola, Fodé Tass Sylla, chargé de communication à la Coordination et Dr Ernest Paquilé Gamy, chef de Division médecine traditionnelle du ministère de la Santé publique sont visés par une plainte d’une Fédération d’ONG.

Selon les plaignants, les mis en cause dans cette affaire Ebola-business sont supposés avoir récupéré le projet des tradipraticiens et pris part au détournement d’un montant estimé à 529 millions de francs guinéens sans donner aucun centime à la fédération présidée par Dr Daman Traoré, révèle le Populaire dans sa parution n°512 du lundi 6 juin 2016.

A la Coordination, dénonce Dr Traoré, « ils ont monté un projet juste pour détourner les fonds. Ils ont dit qu’ils vont acheter des thermo-flash pour nous », s’indigne-t-il.

Avant de préciser que dans ce « faux projet », les participants à la formation au Palais du peuple seraient au nombre de 360 et bénéficieraient d’une prime de transport. « Ça aussi, c’était du mensonge parce qu’il n’y avait même pas 100 participants». D’ailleurs, au lieu du Palais du peuple, l’atelier de formation a été tenu discrètement « dans la cantine d’une école primaire privée à Enta dénommée Olfac ». Et durant les 4 jours de formation qu’a duré ledit atelier, « ils ont servi du café et du riz préparé par une dame d’à côté de cette école, et ils disent avoir dépensé 72 millions de FG ».

Très convaincu de cette malversation financière, Dr Daman Traoré estime qu’« A travers ce procès, nous souhaitons uniquement que la vérité soit dite devant tout le monde afin que les membres de notre fédération nationale soient rétablis chacun dans ses droits. Je vous jure sans haine et sans crainte aucune que nous ne sommes contre personne », a rassuré le président de la Fédération guinéenne d’Associations des guérisseurs traditionnels et herboristes.

Même si cette information a été vite démentie par le chargé de communication de la Coordination, Fodé Tass Sylla, les mis en cause devraient, sauf changement de dernière minute, se présenter lundi 13 juin devant le Tribunal de première instance (TPI) de Mafanco à Conakry.

Affaire à suivre….

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.