Le GOHA mettra-t-elle en exécution sa menace de déclencher une grève générale illimitée ?

Quelques jours avant la fin du mois de Ramadan, le Groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA) a menacé de déclencher une grève générale illimitée sur toute l’étendue du territoire national pour réclamer l’indemnisation des commerçants victimes de pillages lors des manifestations politiques ayant secoué Conakry entre 2011 et 2015. Une semaine après la fête, la crise qui oppose le GOHA à l’État n’est toujours pas résolue. En effet, en dépit de l’accord politique signé en octobre dernier entre pouvoir et opposition qui prévoit notamment l’indemnisation des victimes de pillages de 2013, aucun commerçant n’a jusqu’ici reçu un franc de l’État.

Selon le président du GOHA, l’association qui regroupe le plus grand nombre d’opérateurs économiques guinéens, entre 2011 et 2015, 1 701 commerçants victimes de pillages ont été enregistrés dans leurs rangs, pour des pertes estimées à 222 milliards de francs guinéens. En octobre 2016, le gouvernement s’était engagé à indemniser ceux qui ont perdu leurs biens en 2013, établissant une liste de 442 victimes pour un montant total d’environ 50 milliards de francs. Mais cette annonce est restée lettre morte. Le président du groupe parlementaire du RPG/Arc-en-ciel, Amadou Damaro Camara, a récemment nié l’existence d’une telle liste, provocant la colère des victimes.
Le patron du GOHA, Mohamed Chérif Abdallah, rappelle que l’État guinéen a un devoir à remplir vis-à-vis des opérateurs économiques. « Nous payons des taxes à l’État. En retour, nous attendons que nos biens soient sécurisés et protégés. Celui qui ouvrira sa bouche pour dire que les commerçants ne seront pas dédommagés, il nous trouvera sur son chemin », menace-t-il, dénonçant au passage la « mauvaise foi » de certains cadres de l’administration publique.
Maintenant que le Ramadan est terminé depuis plusieurs jours, reste à voir si le Groupe organisé des hommes d’affaires — qui exige l’indemnisation de tous les commerçants qui ont perdu des biens dans les manifestations politiques — va effectivement mettre sa menace en exécution en fermant tous les boutiques et magasins de ses membres.
Thierno Diallo, Kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.