Gouvernance préélectorale : Condé, en flagrant délit de mensonge !

« La Guinée a enfin tourné la page du déficit démocratique, la compétition politique est devenue exclusivement civile, notre armée étant revenue à son rôle républicain de défense du territoire et de la préservation de la paix, depuis que la réforme de l’institution et sa modernisation ont permis de réconcilier l’armée guinéenne avec la nation. »

Ce gros mensonge est signé d’Alpha Condé, président de la République, candidat à sa propre succession. Déficit démocratique comblé ? Les bras m’en tombent. Les Guinéens portés sur le dialogue politique savent bien juger telles déclarations.

Alpha Condé ne se limite pas là. « Depuis cinq années, l’essentiel des acquis démocratiques de 2010 a été préservé. J’ai pour ma part, toujours pratiqué et encouragé le dialogue, afin que le débat politique évolue progressivement autour de la nécessité de supprimer tout risque de violence susceptible de perturber notre processus électoral », ajoute-t-il. Visiblement pas avec gêne, prenant du coup, tous les Guinéens comme du bétail ou des moutons de panurge.

Qui ne sait pas en effet qu’il est l’acteur principal du dialogue bancal inter guinéen sans cesse rompu à sa guise ? Sous Alpha Condé, tout le mandat est consacré à des joutes électorales. Les Guinéens sont soûlés par cette léthargie sans nom. Une ritournelle en somme qui n’a pas empêché le président candidat à mentir tout bonnement déclarant que « notre pays continue d’agir pour la préservation de nos acquis politiques, économiques et sociaux, car nous sommes engagés résolument sur la voie de la démocratie et de la bonne gouvernance. »

Pour lui, « Depuis l’élection présidentielle de 2010, notre pays s’est doté d’un système électoral propre aux Etats démocratiques, en organisant la compétition politique autour d’un scrutin libre, transparent et inclusif, permettant à l’ensemble des partis politiques, de solliciter le suffrage des populations guinéennes. »

Le rire ne tue vraiment pas…

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

  1. Ibrahim dit

    Alpha Condé confirme sa mytho-kleptomanie. Il affabule qu’il aurait gagné la présidentielle de 1993 (donc avoir eu plus de 50%) alors qu’il n’était connu que par la Haute Guinée avec son « tous les
    Malinkés qui ne votent pas RPG sont des bâtards » et qu’il était opposé à Lansana Conté PRG,Siradiou Diallo, Ba Mamadou ,Mansour Kaba, plus populaires que lui ; après sa
    prise du pouvoir en 2010, il viole juste 48 heures après la constitution en refusant de déclarer ses biens (même si nous savons qu’il n’avait rien comme fortune) ; Rio Tinto lui donne 700 millions de Dollars US qui n’apparaissent à ce jour sur aucun livre comptable du pays, sans parler des 150 millions US de l’Angola, le scandale Paladino et les différents détournements de ministres comme Bah Ousmane et d’autres révélés par la presse et des ONG qui
    ont même porté plainte sans suite à ce jour ; les milliards en devises de Alpha Condé interceptés à Dakar lors d’un transbordement frauduleux sous couvert de la BCRG; Alpha Condé alias « professeur » distribue comme des petits pains des billets de
    banque issu de notre Trésor public lors de sa campagne électorale alors qu’en 2010, il a été incapable de battre campagne par manque
    de fonds ; son fils Mohamed Conté a à plusieurs fois été cité dans des scandales financiers en Guinée, surtout dans des contrats de gré à gré dans le BTP et les mines sans parler de son interpellation dans des aéroports avec des sommes d’argent illégales et autres
    matières précieuses. Last but not least, la presse française révèle que Mohamed Conté, tel père tel fils, serait sous enquête pour biens mal acquis, probablement au préjudice du peuple de Guinée encore plus paupérisé depuis l’arrivée de Alpha
    Condé au pouvoir. Donc maintenant, les Guinéens savent qu’en plus de la mythomanie du RPG et de leur leader, ils sont aussi et surtout des kleptomanes avérés.

Votre adresse email ne sera pas publiée.