Le gouvernement critiqué pour sa décision de fermer les écoles

Les autorités éducatives guinéennes ont surpris l’opinion publique lundi soir en annonçant la prolongation du congé imposé aux élèves le 1er février dernier. Si la mesure concernait au début uniquement les élèves du pré-universitaire et les étudiants de l’enseignement technique, l’arrêt des cours s’étend cette fois à l’enseignement supérieur.

En cause, l’ordre d’ouvrir les classes lundi matin lancé la veille à la télévision nationale par le porte-parole du gouvernement Albert Damantang Camara, par ailleurs ministre de l’Enseignement technique, du Travail et de l’Emploi, n’est pas tombé dans des bonnes oreilles. Les élèves de plusieurs écoles publiques sont en effet descendus massivement lundi dans les rues de la banlieue de Conakry pour exprimer leur mécontentement.

Au lendemain de l’annonce de cette nouvelle fermeture des classes, les réactions ne se sont pas fait attendre. Pour le parti d’opposition les Nouvelles forces démocratiques (NFD), le gouvernement fait tout sauf l’essentiel. « Le gouvernement guinéen semble s’égarer de sa véritable mission en faisant tout sauf l’essentiel. Rien ne doit justifier ces fermetures incessantes des classes », a indiqué Mamadou Bhoye Sall membre du bureau politique national des NFD dans une déclaration rendue publique ce mardi, condamnant « une dérive irresponsable de l’État.

Même son de cloche du côté d’Abdourahmane Baldé, activiste de la société civile, qui appelle le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Ibrahima Kourouma, à trouver une solution à la crise ou rendre sa démission. « [Le ministre Kourouma] doit constater son échec. Soit il trouve les solutions adéquates sans orgueil et il continue à diriger, soit il constate son incapacité à continuer à diriger l’enseignement pré-universitaire ; [par conséquent] il dépose sa démission », a-t-il déclaré mardi soir sur Lynx FM.

Une rencontre est prévue ce mercredi entre le président Alpha Condé, qui rentre d’un voyage à Dubaï, et les syndicalistes pour tenter de trouver une entente en vue de la reprise des cours dans un bref délai. En attendant, il est demandé aux élèves et aux étudiants de rester à la maison pour éviter toute nouvelle manifestation…

Thierno Diallo, ww.Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.