Gouvernement Youla : qu’a-t-on fait des évaluations des ministres?

Annoncée en fanfare comme il est de coutume dans le pays d’Alpha Condé, l’évaluation des ministres n’aura été que du mirage. Pour dissuader certains, enthousiasmer d’autres et jeter de la poudre aux yeux à ceux qui pensaient en tirer du profit : remplacer les ministres médiocres, interpeller ceux sans résultats appréciables. Au grand bonheur des Guinéens. Ceci n’aura pas été. Pourtant, il y a bien des mois,  Mamady Youla avait adressé une circulaire à l’ensemble de ses ministres, les informant de leur évaluation périodique.

Pour le Premier Ministre, « Cette évaluation répond à l’objectif primordial de qualifier l’action gouvernementale et de favoriser l’atteinte des objectifs globaux de développement. Elle permet le renforcement de la transparence, la responsabilisation accrue des détenteurs d’autorité à tous les niveaux de la hiérarchie administrative et de l’établissement d’une logique de programmation, de résultats de recevabilité. Ce mécanisme constitue un instrument clé de notre gouvernance, qui permet de mesurer les progrès accomplis et de s’accorder de manière dynamique sur les ajustements indispensables à une plus grande qualification de l’action publique. »

Que des paroles ! Des ministres auraient été évalués. Des résultats attendus. Mais ceux-ci sont restés lettres mortes. La démarche se comprend parfaitement bien. Il fallait faire croire aux uns et aux autres qu’on travaille. La logique voudrait que comme Youla s’était engagé devant les députés  de «consolider une gouvernance macroéconomique de qualité avec l’amélioration des affaires et la compétitivité », qu’il soit le premier des ministres à prouver cette ‘’performance’’. Il s’était également engagé « à construire un Etat de Droit à travers une justice équitable » mais aussi et surtout, « une réforme structurelle profonde » de l’économie.

On attend toujours. De longs mois après. C’est-à-dire depuis le lundi 18 juillet 2016, où le grand oral avait quand même commencé pour les chefs de Départements. Un goût d’inachevé qui fait penser à du bluff. Rien que cela !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.