Grève des enseignants: Le bilan des violences s’alourdit

Au moins 5 personnes ont trouvé la mort lundi à Conakry dans les violences enregistrées, suite à la grève des enseignants, a rapporté à Kababachir.com une source hospitalière.

Parmi les victimes figurent une femme en état de famille et 4 garçons. Sayon Camara, Moussa Doumbouya et Ibrahima Sory Diallo et les deux autres victimes dont on ignore encore l’identité, auraient été tués par balle, nous  rapporte un agent de santé qui confirme la présence des cinq à la morgue de l’hôpital Ignace Deen.

Rencontré sur les lieux, lundi après-midi (17h 05’), le parent de l’une des victimes, un Officier de police sous le choc, malgré son état, a accepté de témoigner. Il se souvient de sa dernière communication avec son défunt fils dont le corps se trouve actuellement à la morgue de l’hôpital Ignace Deen : « Je l’ai appelé hier soir, je lui ai dit il faut bien entretenir ta femme. Viens prendre uns sac de riz le matin. Il m’a appelé à 4 heures, je lui ai dit il, faut attendre 6 h et il ne faut pas ouvrir  ta place d’abord. Quand ils ont saccagé le Commissariat de Bonfi, il m’a appelé, il m’a dit tu es où, je l’ai rappelé plus de 4 fois après, il n’a pas pris. J’ai appelé son voisin, ce dernier m’a dit, il est couché ici. Je l’ai rappelé il n’a pas pris, j’ai appelé son ami, lui il m’a dit qu’il est mort !», se souvient-il.

Mariam Diallo, www.kababachir.com

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.