GREVE DES ENSEIGNANTS-CHERCHEURS : Les racines d’un vrai malaise

Le lundi 11 juillet, les enseignants chercheurs de la Faculté de médecine de l’Université de Conakry ont subitement cessé toute activité. Etendue aux Centres hospitalo-universitaires de Donka et d’Ignace Deen, la grève avait entrainé également l’arrêt brusque des consultations dans ces structures. Ebranlé par le mouvement, l’Etat guinéen, à travers les ministres de la santé et de l’enseignement supérieur ont alors rencontré les grévistes et des promesses ont été faites. En attendant de savoir si les engagements seront respectés, Thierno Mamadou Tounkara, réagissant chez nos confrères de Lynx FM, est revenu sur les causes profondes du débrayage.
Selon lui, la raison fondamentale du soulèvement des enseignants-chercheurs réside dans l’inapplication des textes régissant le statut. Un statut qui, dit-il, relève à la fois du ministère de la santé et de celui de l’enseignement supérieur. Car au-delà de leurs prestations en tant qu’enseignants et l’encadrement des jeunes étudiants, ils sont aussi au sein des structures sanitaires d’envergure où ils font des consultations. Par ailleurs, à l’en croire, en avril 2011, le président de la République avait signé un décret en vertu duquel il créait les Centre hospitalo-universitaires. Dans ce décret, un certain nombre d’avantages étaient garantis à ceux qui serviraient dans ces centres-là. Malheureusement, selon lui, ces avantages n’ont jamais été effectifs.
Plus loin, il évoque un système anachronique et de banalisation des enseignants-chercheurs qui, dont les citoyens, sont les ultimes victimes. A titre d’exemple, il révèle que 85 médecins-spécialistes guinéens officient à travers la sous-région, alors qu’en Guinée, on a des spécialités qui n’ont aucun médecin. Une réalité dont l’origine serait à trouver dans le dénuement et la précarité des conditions de vie et de travail des enseignants-chercheurs guinéens. Au-delà, c’est l’image jadis réputée de la formation médicale des Guinéens qui se dégraderait.
Anna Diakité , www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.