Grève des enseignants : Des manœuvres sur fonds de division pour désamorcer la crise

  « Aucune nation ne peut se développer si l’éducation est mise au second plan, pour cela les autorités guinéennes, doivent tout faire pour trouver des solutions le plus vite que possible, d’ici la fin de la journée du dimanche».

Ce sont-là quelques mots prononcés par Madame Adama Sow, présidente de la FEGUIPAE  au terme d’une rencontre avec les 3 ministres en charge de l’éducation nationale.

Pendant que le gouvernement ne semble pas être dans une logique de satisfaire les revendications syndicales, notamment l’augmentation de la grille salariale et l’intégration à la fonction publique de tous les enseignants contractuels de l’éducation nationale, le syndicat durcit le ton et des parents d’élèves et des anciens contractuels appellent à la reprise des cours.

Dans une déclaration lue à la télévision nationale samedi soir, la Fédération Guinéenne des parents d’élèves (FEGUIPAE), ont appelé à la suspension du mot d’ordre de grève lancé par l’inter centrale syndicale.

Il reste à voir quelle va être la position de l’inter centrale syndicale au moment où des acteurs de la Société civile, appuyés par des acteurs politiques, envisagent de descendre dans la rue lundi pour apporter leur soutien aux enseignants grévistes.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.