Le président américain Donald Trump est monté encore d’un cran dans ses velléités de guerre commerciale vendredi en menaçant les partenaires commerciaux des Etats-Unis de « taxes réciproques » sur leurs importations, après avoir visé la veille celles d’acier et d’aluminium. Il avait déjà affirmé dans un tweet que les guerres commerciales étaient « bonnes et faciles à gagner ».

Interrogé sur ces menaces, le porte-parole chinois, lui-même ancien ambassadeur aux Etats-Unis, a plaidé pour une ouverture accrue des marchés des deux pays. Samedi, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a jugé « sans fondement » les sanctions américaines contre les exportations d’acier des autres pays prises au nom de la sécurité nationale. « Ce n’est pas seulement la Chine qui pense que cela est déraisonnable. De nombreux pays européens et le Canada ont tous dit qu’ils ne pouvaient pas accepter cela », a déclaré M. Wang, selon des propos rapportés par la presse chinoise.