Guerre commerciale: le conseiller économique de Trump Gary Cohn démissionne

Gary Cohn, le conseiller économique de la Maison Blanche, a présenté sa démission, a annoncé la présidence américaine mardi 6 mars. Cet ancien banquier de Goldman Sachs s’opposait à la décision de Donald Trump d’imposer des taxes sur les importations d’acier et d’aluminium. La date de son départ n’a pas été précisée.

« Cela a été un honneur de servir mon pays et de mettre en oeuvre des politiques économiques favorables à la croissance. » C’est par ce communiqué laconique que l’un des piliers les plus stables de la Maison Blanche a confirmé son départ. Âgé de 57 ans, Gary Cohn avait été appelé par Donald Trump dès son investiture, et avait réussi à éviter d’être mêlé aux scandales ou esclandres qui ont ponctué la présidence depuis plus d’un anrappelle notre correspondante à Washington, Anne Corpet.

L’ex-numéro 2 de Goldman Sachs est l’un des principaux artisans de la grande réforme fiscale de l’administration Trump. Finalement promulguée en décembre, celle-ci fait passer de 35% à 21% l’impôt sur les sociétés et leur apportant d’autres avantages dont la possibilité de rapatrier à taux favorable leurs énormes réserves d’argent détenues par leurs filiales à l’étranger.

Mais rester à la Maison Blanche tout en s’opposant à l’idée d’augmenter les taxes sur l’acier et l’aluminium devenait impossible, car Donald Trump lui, y tient.

Le président a répété son intention d’augmenter ces tarifs douaniers lors d’une conférence de presse mardi, à l’occasion de la visite du Premier ministre suédois, au cours de laquelle l’absence de Gary Cohn a d’ailleurs été remarquée.

Les Etats Unis ont été exploités par d’autres pays de manière amicale ou moins amicale depuis de nombreuses décennies. L’Union européenne a été particulièrement rude à l’égard des Etats-Unis. Les Européens font en sorte qu’il est quasiment impossible pour nous de faire des affaires avec eux et pourtant ils nous envoient leurs voitures et tout le reste aux Etats-Unis. Ils peuvent faire ce qu’ils veulent mais s’ils le font, on mettra alors une grosse taxe de 25% sur leurs voitures et, croyez-moi, ils ne continueront pas à le faire très longtemps. L’Union européenne ne nous a pas bien traité et nous sommes dans une commerciale très très injuste.
Donald Trump: «Nous avons été maltraités pendant des années et que nous n’allons pas nous laisser faire plus longtemps»07/03/2018 – par Anne CorpetÉcouter

Le départ de Gary Cohn, qui devrait être effectif dans les semaines à venir, laissera le champ libre aux partisans d’un protectionnisme renforcé à la Washington. Ironie de l’histoire, sa démission a été annoncée quelques minutes seulement après que Donald Trump a déclaré : « tout le monde veut travailler à la Maison Blanche. Tout le monde rêve de la Maison Blanche. »

Source RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.