Guerre larvée entre Damaro et Chérif Abdallah (GOHA)

Au lieu de jouer les pompiers, Damaro préfère souffler sur les braises. Avec beaucoup de mépris et de réelle volonté de nuisance, il s’attaque à des concitoyens qu’il accuse de tirer les ficelles.

Comme si cela ne suffisait pas pour raidir les positions, le député Amadou Damaro Camara soutient le gouvernement, lui, élu du peuple, alors que, même le président du Parlement s’est exprimé en faveur du peuple. « Même les 10.000 GNF par litre sont encore en deçà des prix pratiqués dans les pays voisins. Les 2000 GNF sur le prix ne sont pas des recettes supplémentaires. C’est pour diminuer la perte de l’Etat. Il y a un certain nombre de commerçants qui, pour des raisons inavouées, se sont convertis dans le carburant quand ils ont perdu  le monopole de l’importation de riz. Ce sont eux qui parlent ou qui poussent pour qu’on parle au nom du peuple alors que c’est au nom de leurs profits. Les opérateurs économiques sont dans cette histoire », déclare le député RPG.

Il n’en fallait pas plus pour Cherif Mohamed Abdallah, le Président du GOHA réplique au micro de nos confrères : « Nous ne sommes pas corrompus ni corruptibles. Il a accusé des opérateurs économiques pétroliers et des opérateurs économiques en général de corrompre les forces sociales. Il doit savoir qu’on ne peut pas corrompre les forces sociales. Donc ses propos nous lancent au pôle nord. Les Guinéens souffrent, c’est pourquoi c’est toute la Guinée qui est en train de réagir. C’est loin d’une corruption, on ne peut pas corrompre tout le peuple de Guinée, nous agissons au nom du peuple, ce dernier a trouvé le combat juste pour suivre le mouvement. Nous ne sommes pas contre eux, nous sommes contre la vie chère, il faut que le carburant revienne à 8000 c’est tout. »

 

Damaro appréciera.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.